vendredi 3 février 2023

Commune de Kantchari : 4 000 enfants sur 10 000 ont pu prendre le chemin de l’école en 2022

kantchariLa commune de Kantchari, dans la Tapoa, ploie comme beaucoup d’autres localités de la région de l’Est sous le poids de l’insécurité. L’une des conséquences immédiates et les plus redoutables des attaques terroristes a été la déscolarisation de plusieurs milliers d’enfants. Radars Info Burkina a obtenu quelques informations sur la situation de l’éducation à Kantchari auprès de l’association « les amis de Kantchari ». Seule la ville de Kantchari abrite quelques classes, mais uniquement du primaire.

L’insécurité dans la commune de Kantchari a entraîné la fermeture des écoles, des collèges et des 2 lycées de la ville. Les enseignants sont pour la plupart repartis chez eux en attendant que la situation connaisse une amélioration. « Dans la commune de Kantchari, lycées et collèges publics sont toujours fermés et seuls 4 000 élèves du primaire sur 10 000 ont pu être accueillis dans les écoles situées principalement dans le bourg centre », apprend-on de l’association « les amis de Kantchari ».

Selon cette association, les familles qui le peuvent ont inscrit leurs enfants dans des établissements scolaires en zone sécurisée, notamment à Fada N’Gourma. « Pour les autres, c’est la déscolarisation avec tous les risques que cela comporte, notamment pour les filles qui sont alors particulièrement exposées au mariage précoce », a déploré le membre de cette association qui s’est confié à Radars Info Burkina. « A l’heure actuelle, aucune amélioration significative ne permet le retour à la normale et à part quelques écoles primaires dans le bourg même de Kantchari, les écoles restent fermées. Nous sommes tristes et très préoccupés de savoir que les enfants et les jeunes de Kantchari sont ainsi privés d’éducation, alors que chaque enfant y a droit », a-t-il poursuivi.

Il informe que le système éducatif de ladite commune est soutenu par des partenaires extérieurs qui sont également membres fondateurs de l’association « les amis de Kantchari ». Selon lui, l’association s’adapte à la situation et s’efforce de soutenir l’accès à l’éducation pour tous ces enfants et pour tous ces jeunes dont la vie quotidienne est bouleversée par ces évènements.

Au Burkina Faso, on note une insécurité des personnes, l’insécurité alimentaire, des populations déplacées, dont plus de 60% sont des enfants, et des établissements scolaires fermés.

Etienne Lankoandé

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes