jeudi 13 août 2020

Violents combats entre les principaux groupes terroristes au Sahel : « Ils vont pouvoir s'entendre sur une répartition du territoire », Yehia Ag Mohamed Ali, chercheur

jpg uneCes derniers temps, des médias font état d’une rivalité meurtrière dans le nord du Burkina Faso et le centre du Mali entre le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS), les deux principaux groupes terroristes au Sahel. Pour une lecture de ces affrontements et de leurs conséquences, Radars Info Burkina a contacté tour à tour Yehia Ag Mohamed Ali, chercheur à l'Institut de veille et d'études des relations internationales et stratégiques (IVERIS), et Juliette Nsimba, coordonnatrice adjointe de projets au Réseau de réflexion stratégique sur la sécurité au Sahel (2r3s).

Selon le chercheur Yehia Ag Mohamed Ali, la question idéologique est d'abord la principale raison de ces affrontements meurtriers.  « De façon idéologique, les deux groupes n'ont jamais fait bon ménage. C'est l'aile dure d'Al-Qaïda qui a formé l'Etat islamique (EI). Quand ils ont formé l'EI, il fallait pratiquement effacer Al-Qaïda pour avoir le monopole du jihad. Au Mali, surtout au niveau des trois frontières, l'EIGS aussi est né de dissidences d'Al-Qaïda.  Abou Walid Al-Sahraoui, qui est le chef de l'EIGS, était avec Al-Qaïda. A la mort du chef d'Al-Mourabitoune, il s'attendait à remplacer ce dernier. Ça n'a pas été le cas, donc il a décidé de créer un groupe et de faire allégeance à l'EI. Al-Mourabitoune était composé essentiellement d’anciens du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO). C'est ainsi qu'il a été très actif dès le début, essentiellement entre le Niger et le Mali et accessoirement au niveau du Burkina Faso. Au Burkina Faso, la première katiba Ansarul Islam était affiliée à Al-Qaïda. Malam Dicko, son fondateur, était avec Iyad Ag-Ghali, chef du GSIM. Donc ces conflits visent d’abord le contrôle du territoire et ensuite à imposer certaines idées sur le jihad. En effet, Al-Qaïda, par principe, n'attaque pas les populations civiles tant qu'elles ne s'attaquent pas à ses intérêts, ou tant qu'elles ne s'allient pas à ceux qu'ils appellent les mécréants contre lui. Par contre l'EI règne par la terreur. En outre, il y a une lutte pour le pouvoir car celui qui contrôle le territoire a aussi le pouvoir », a-t-il expliqué.

jpg 2Quant à Juliette Nsimba, elle affirme que la gestion des troupeaux de bétail et de conflits fonciers serait à l’origine de l’escalade de la violence entre les deux groupes armés. « Au sein du 2r3s, nous avons analysé la situation et constaté que la crise du COVID-19 a entraîné un changement idéologique en matière de contre-terrorisme ; les Etats sahéliens adoptent désormais une approche centrée sur la sécurité humaine. Cette nouvelle approche a permis aux groupes armés de consolider, voire de renforcer leur position, en particulier dans le centre du Mali », déclare-t-elle.

Les combats se sont intensifiés ces derniers temps parce que « l'EIGS est monté en puissance. En plus, il y a eu beaucoup de défections, surtout dans la partie centre du Mali, au sein de la katiba du Macina en faveur de l'EIGS>>, a avancé le chercheur à IVERIS. « De nombreux combattants de l’EIGS, recrutés au Burkina Faso et au Niger, sont arrivés dans la région de Mopti, un espace originellement « dominé » par des groupuscules se revendiquant d’Al-Qaïda et du prédicateur Amadou Koufa. L’EIGS semble vouloir étendre son influence et renforcer sa position dans le centre du Mali », a renchéri la coordonnatrice adjointe de projets au 2r3s.

jpg 3Par conséquent, « les chefs d'Al-Qaïda, à un moment donné, étaient physiquement menacés. Maintenant ils jouent simplement leur survie>>, a commenté le chercheur Yehia.

 « Je crois que le rapport de force est actuellement en faveur de l’EIGS, qui dispose d’importants moyens financiers techniques et d’un avantage de taille : sa position stratégique, à cheval sur trois pays, lui offre ainsi plusieurs options stratégiques non négligeables>>, a ajouté Mme Nsimba.

Pour Yehia Ag Mohamed Ali, au Mali c'est plutôt le GSIM, c'est-à-dire Al-Qaïda, qui est en train de prendre le dessus.  « Au Burkina, les combats ont commencé il n'y a pas très longtemps et je ne connais pas la configuration à ce niveau.  La configuration au Burkina est un peu particulière », a-t-il ajouté. « Je crois plutôt qu'à la fin, ils vont pouvoir s'entendre sur une répartition du territoire parce que c'était le cas avant », a poursuivi le chercheur.

Les États du Sahel peuvent-ils profiter de cette rivalité sanglante entre ces ennemis ? « Abou Walid al-Sahraoui, chef de l’État islamique au grand Sahara, est désormais l’ennemi numéro un des services de renseignements occidentaux et sahéliens. En rappel, le président IBK avait annoncé l’ouverture d’un dialogue les chefs djihadistes maliens Iyad Ag-Ghali et Amadou Koufa. On peut également se poser la question de savoir si l’annonce des négociations avec le GSIM a un lien avec la recrudescence des attaques de l’EIGS dans la zone du Liptako-Gourma », a soutenu Juliette Nsimba.

Pour M. Yehia, les Etats du Sahel, surtout les différentes forces armées qui interviennent dans la lutte contre le terrorisme, doivent plutôt faire preuve d'intelligence. « Il faut faire en sorte que les populations soient des alliés au lieu de les pousser dans les bras des terroristes », a-t-il conclu.

Aly Tinto

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>