samedi 23 octobre 2021

FESPACO 2021 : Le spectacle d'ouverture    de Serge Aimé Coulibaly pris en otage

fspaco uneLe spectacle chorégraphique  que la compagnie de danse théâtre de Serge Aimé Coulibaly préparait à l'ouverture et à la  la  clôture du grand rendez-vous du cinéma africain   qu’est le FESPACO depuis cinq mois risque de ne pas avoir lieu. En tout cas,  c'est l'information que le chorégraphe a donnée le lundi 4 octobre 2021 à Ouagadougou  aux 80  danseurs professionnels  auditionnés et engagés  pour l'événement. Une information qui a plongé ces danseurs dans la déception et le désarroi.  D’après Serge Aimé Coulibaly,  la ministre burkinabè de la Culture juge le spectacle  budgetivore.

Selon Serge Aimé Coulibaly, c'est depuis le mois d'avril qu'il a commencé l'organisation du spectacle jamais réalisé au Burkina Faso après avoir été contacté par l’actuel délégué général du FESPACO, Moussa Alex Sawadogo. Pour anticiper les choses, il a mis les moyens qu’il fallait dans l'organisation en ayant recours à l'expertise internationale et en engageant 80 danseurs du Burkina Faso et d'ailleurs. 15 millions de francs ont été injectés dans cette organisation. Mais à un moment donné, le délégué général lui a donné l’information selon laquelle c'est la ministre de la Culture, Élise Foniyama Ilboudo/ Thiombiano,  qui s'occupe désormais du budget des spectacles.

fspaco 2Serge Aimé Coulibaly a pu obtenir une audience avec la ministre, à qui il a expliqué en détail le le spectacle qu'il prépare et la portée de celui-ci. Mais à sa grande surprise, la ministre lui aurait dit que non seulement elle n'était pas au courant de la tenue dudit spectacle, mais en plus le budget qu’il nécessite est trop élevé. La patronne du département de la Culture a en outre supprimé certaines scènes du spectacle qui devait  réunir des célébrités nationales et internationales, parmi lesquelles Iron Bibi, Amzy, Oyou, Souké et Sidiki.   Alors que le chorégraphe a proposé un budget plus bas par rapport aux précédents FESPACO. Il dit qu’il ne comprend pas qu’après 50 ans du FESPACO,     le Burkina Faso ne soit pas capable d'organiser un spectacle chorégraphique d’une telle envergure.  Pire, M. Coulibaly confie qu’il a appris, à moins de deux semaines de la biennale du cinéma africain, que d'autres artistes ont été contactés pour présenter le spectacle.

fspaco 3Du côté des danseurs, la déception est totale d’autant plus qu’ils disent avoir mis entre parenthèses leurs autres activités pour se consacrer à la préparation de ce spectacle chorégraphique, allant même jusqu’à acheter un billet d’avion pour être présents au Burkina.

Rasmata Kourago, danseuse, dit ne pas comprendre comment on peut confier un travail à une personne, la personne prend tout son son temps pour bien faire ledit travail et au final c’est ainsi. Pour elle, les Burkinabè n’ont aucune considération pour les artistes. Pour John Fatiou Adiatou, c'est la première fois qu'on confie un projet à quelqu'un à l'occasion du FESPACO et à la dernière minute on le lui retire. Pour lui,  il faut que les artistes restent unis afin de se faire entendre par la ministre.

En rappel la 27e édition du FESPACO, le plus grand festival de cinéma en Afrique,  se tient  du 16 au 23 du mois courant à Ouagadougou.

Paul Barthélemy Tindano

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>