vendredi 7 octobre 2022

UEMOA : Le Burkina Faso a battu le record d’augmentation des prix des biens en juin 2022

espaceuemoaL’actualité économique de ces derniers jours est marquée par l’augmentation du prix du carburant adoptée par le gouvernement burkinabè ainsi que la fermeture de la caisse de dépôt et de consignation du Burkina et de 86 comptes bancaires de structures publiques qui avaient été ouverts sans autorisation. On note également, sur le plan sous-régional, une inflation record au Burkina Faso qui s’est établie à 17,8% en juin 2022. Retour sur l’actualité économique de ces derniers jours.

Alors que le prix du baril à l’international a connu une baisse, le gouvernement burkinabè a décidé de l’augmentation du prix du carburant sur le territoire national. Ainsi, le super 91 qui était à 715 F le litre est passé à 750 F, soit une augmentation de 35 F sur le litre. Le gasoil, lui, a augmenté de 30 F CFA et Le DDO (Distillate Diesel Oil) de 40 F CFA. En outre, selon l’Institut national de la statistique de la Banque centrale des Etats de L'Afrique de l'Ouest (BCEAO), le Burkina Faso a battu le record en termes d’inflation dans l’espace UEMOA, avec un taux d’environ 17,8 % d’évolution des prix des biens au mois de juin 2022, taux qui était à 15,3% un mois plus tôt. Le Burkina est suivi de loin par le Mali, (qu’il double presque), qui a connu un taux d’inflation de 9,5% pendant le même mois de juin 2022. Seul le Bénin, qui a eu une inflation relativement faible durant l’année, a enregistré une inflation négative (-2,6%) en juin 2022. Inutile de souligner que la population burkinabè, qui est parmi la plus pauvre de la sous-région, connaît une grave dégradation de son pouvoir d’achat, ce qui rend davantage insupportables les crises alimentaire et humanitaire, etc.

Autres sujets qui défraient la chronique ces derniers jours, ce sont la fermeture des comptes bancaires de certaines de ses structures publiques ouvertes sans autorisation dans les livres des établissements bancaires. Le gouvernement burkinabè a souligné que du 4 au 29 avril 2022, 685 comptes ont été ouverts au profit des structures publiques avec un solde global de 426 354 142 248 de F CFA. Parmi eux, 230 sont sans autorisation du ministère des Finances, présentant un solde de 68 926 514 565 de F CFA. Les missions du gouvernement ont également constaté la clôture de 86 de ces comptes. Dans le même volet, le gouvernement a décidé de suspendre les activités de la Caisse de dépôt et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF), dirigée par l’ancien ministre Paul Kaba Thiéba. En rappel, l’idée de cette structure a été mûrie pendant que M. Thiéba était Premier ministre. En 2017, précisément le 9 mai 2022, l’Assemblée nationale actait sa création par la Loi n°023-2017/AN. A sa démission de son poste de Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend les rênes de la CDC-BF en 2019. Cette Caisse avait pour rôle de collecter et de mobiliser les ressources financières dans le but de financer des projets structurants de l’Etat Burkinabè et bénéficiait d’une dotation initiale de 20 milliards de F CFA. Les raisons qu’a évoquées le gouvernement pour fermer cette structure sont l'absence de consensus, entre la caisse de dépôt et de consignations et les partenaires financiers notamment la CNSS, la CARFO et la Poste au Burkina Faso, qui ont marqué un désaccord sur la centralisation de leurs fonds au niveau de la Caisse de dépôt et de consignations du Burkina. Ensuite cette Caisse est dans une situation de quasi-illégalité car elle fonctionne sans commission de surveillance conformément à la loi.

Sur le plan communautaire, le Collège de supervision de la commission bancaire de la BCEAO, lors de sa 128e session, tenue le 20 juin 2022, a prononcé des sanctions disciplinaires, à la fois contre d'un Système financier décentralisé (SFD) implanté au Burkina Faso et contre d'un dirigeant d’un SFD implanté au Burkina Faso. Sur la sanction du SFD, qui a écopé un blâme, la BCEAO précise que la sanction est motivée par des manquements dans la gestion et des infractions constatées à l’issue d’une vérification effectuée auprès de l'institution concernée. Quant au dirigeant du SFD, interdiction lui est faite de diriger, d’administrer ou de gérer un établissement soumis à son contrôle, pour une période de cinq (5) ans, à compter de la notification de la décision. La sanction s’explique par des actes posés par l’intéressé dans le cadre de ses fonctions et des conséquences desdits actes sur la situation de l’institution.

Etienne Lankoandé

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes