vendredi 3 février 2023

Recherche au Burkina : Évaluation de la sensibilité des génotypes de soja (Glycine max L. Merr.) aux nématodes parasites dans l'ouest du pays

parasites un« Des chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche. » Cette assertion est battue en brèche au pays des hommes intègres car ici, on a bel et bien des chercheurs qui trouvent et dont les résultats des travaux concourent, entre autres, à l’amélioration des rendements agricoles. Lisez plutôt.

  1. 1.Introduction

Les nématodes parasites ont été signalés comme l'une des principales contraintes à la production de soja dans le monde. La majorité des nématodes sont dits "libres" et se nourrissent principalement de bactéries, champignons, protozoaires et autres nématodes. Au Burkina Faso, la présence de nématodes parasites dans des cultures telles que le riz, le sorgho et le niébé a été rapportée. Parmi les nématodes phytoparasites, les nématodes des racines tels que les espèces Meloidogyne incognita, Meloidogyne javanica et Meloidogyne arenaria causent d'énormes dégâts à la production de soja. Ces dommages entraînent des pertes de rendement allant de 18 à 56 % de la production. Plusieurs facteurs tels que le nombre de nématodes (densité et abondance), leur virulence, la résistance ou la tolérance de la plante hôte, le climat, la disponibilité de l'eau, le type de sol, la fertilité du sol et la présence d'autres maladies contribuent à aggraver les dégâts des nématodes. L'objectif de cette étude était d'identifier les principaux genres et espèces de nématodes parasites associés à la production de soja au Burkina Faso. Des investigations ont été menées sur 24 génotypes appartenant au groupe de maturité variétale moyen de soja à la station de recherche de Farako-Bâ.

  1. Méthodologie

Des investigations ont été menées sur 24 génotypes du groupe de maturité variétale moyen du soja à la station expérimentale de Farako-Bâ (DRREA- Ouest, Burkina Faso). Des prélèvements d’échantillons de sol ont été réalisés sur le sol de l’essai avant son installation. A la récolte, des prélèvements de sols avec les racines ont été effectués sur chaque génotype représenté par les parcelles élémentaires.parasites 2L’échantillon composite est représenté par 4 lots d’échantillons de sol avec les racines. Les échantillons étiquetés  ont été transférés au Laboratoire de Nématologie pour extraction et comptage. Après la transformation des données brutes en Log10(X+1) où X est la donnée observée, une analyse de variance (ANOVA) a été réalisée à l’aide du logiciel GenStat Release 12.1 sur toutes les variables. Les analyses de la variance (ANOVA) ont été réalisées à l’aide du logiciel GenStat Edition 12 et le test de Duncan pour la séparation des moyennes en cas de différences significatives (au seuil 5 %) des caractères étudiés.

  1. Résultats
    • Principaux genres et espèces de nématodes associés à la culture du soja

L'analyse nématologique des échantillons de sol et de racines de lignées de soja a révélé la présence de sept (07) genres de nématodes phytoparasites qui sont les genres Meloidogyne, Pratylenchus, Helicotylenchus, Scutellonema, Xiphinema, Tylenchorhynchus et Paratrichodorus. Les résultats de l'inventaire ont révélé que les genres Pratylenchus, Helicotylenchus et Scutellonema étaient les plus importants en termes de fréquence et d'abondance. L'espèce Pratylenchus brachyurus représentait la densité la plus élevée avec 7805 nématodes/dm3 suivie par Helicotylenchus dihystera avec 362 nématodes/dm3 et Scutellonema cavenessi avec 251 nématodes/dm3. La densité la plus faible a été observée chez l’espèce Paratrichodorus minor avec 1,39 nématodes/dm3. Les espèces du genre Paratrichodorus sont en générale polyphages et favorisent la transmission des maladies virales. Le tableau 1 présente les différents genres de nematodes parasites rencontrés et leurs fréquences.

Tableau 1: Les principaux genres de nématodes parasites, leur fréquence et leur abondance

Genres

Fréquences  (%)

Abondance

Nematodes du sol

Nematodes racinaires

Nematodes des sols

(N/dm3 de sol)

Nematodes racinaires

(N/g de racine)

Pratylenchus

100

100

7804,86

61,68

Helicotylenchus

65,28

65,28

361,81

3,41

Scutellonema

50

50

250,69

2,73

Tylenchorhynchus

29,16

-

21,53

-

Xiphinema

34,72

-

29,86

-

Meloidogyne

9,72

-

7,64

-

Paratrichodorus

1,38

-

1,39

-

3.2. Interaction entre les nématodes parasites du sol et les génotypes de soja

Les résultats des analyses de variance (ANOVA) n'ont indiqué aucune différence significative entre les génotypes de soja pour les densités de population de nématodes du sol et des racines appartenant aux genres Pratylenchus, Helicotylenchus et Scutellonema. Cependant, parmi les lignées de soja, les génotypes TGX1989-19F et TGX2015-1E étaient les moins infestés aux nematodes parasites du genre Pratylenchus présents dans le sol avec respectivement 2233 et 2250 N/dm3 de sol. Le génotype TGX2027-1E a été le plus attaqué avec 17 000 N/dm3 de sol. Pour les communautés d'Helicotylenchus présentes dans le sol, les génotypes G175, TGX2016-3E, TGX2017-6E et TGX2025-6E ont montré les niveaux d'infestation les plus faibles tandis que les densités les plus élevées ont été observées chez la variété témoin G197 soit 800 nématodes/dm3 de sol. Pour les communautés de Scutellonema présentes dans le sol, les valeurs moyennes des densités de population étaient significativement faibles par rapport aux deux premiers genres. Les génotypes TGX2008-4F et TGX2019-1E ont présenté les niveaux d'infestation les plus bas.

3.3. Interaction entre les nématodes parasites des racines et les génotypes de soja

Au niveau racinaire, les densités de population étaient très faibles par rapport à celles présentes dans le sol. Les genres Pratylenchus et Helicotylenchus étaient les plus représentatifs avec respectivement une moyenne de 61,68 et 2,73 N/g de racines. Pour la communauté Pratylenchus, le génotype TGX2025-10E a montré le niveau d'infestation le plus faible avec 16,56 N/g de racine. Il a été suivi par les génotypes TGX2025-6E et TGX2027-1E avec respectivement 21,18 et 21,78 N/g de racine. Le génotype TGX2011-6F a enregistré la valeur de densité la plus élevée de 202,81 N/g de racine. Pour les communautés de nématodes du genre Scutellonema, les génotypes TGX2017-5E, TGX2016-3E et TGX1989-19F étaient exempts d'infestation (0 N/g de racine) tandis que la variété TGX2016-4E a montré le niveau d'infestation le plus élevé avec 7,58 N/g de racine.

  1. Conclusion

Aux termes des investigations, 7 genres de nématodes phytoparasites associés au soja ont été identifiés au Burkina Faso. Il s’agit des genres Meloidogyne, Pratylenchus, Helicotylenchus, Scutellonema, Xiphinema, Tylenchorhynchus et Trichodorus. Parmi ces genres, Pratylenchus, Helicotylenchus et Scutellonema étaient les plus répandus en termes de fréquence et d’abondance. parasites 3La présence de nématodes parasites dans les sols et les racines du soja constitue une menace sérieuse pour la production de soja au Burkina Faso et pourrait compromettre les systèmes de culture en rotation avec des céréales comme le sorgho et le maïs. Toutefois, des génotypes de soja moins sensibles au genre Pratylenchus connu très pathogène ont été identifiés. Il s’agit principalement des génotypes TGX2025-10E, TGX2023-3E et TGX2025-14E. Ces génotypes constitueraient des sources potentielles de résistance et pourraient être exploité dans un schéma d’amélioration variétale du soja contre des espèces de nématodes parasites comme Pratylenchus brachyurus.

 

Thio Ibié Gilles1, 2, 3*, Thio Bouma2, Ouédraogo Nofou1, 3, Nikiema W. Fabrice1, 2, 3, Drabo Inoussa1, 3, Pierre Alexandre Eric Djifaby Sombié1, Oumar Boro1, Sawadogo Mahamadou1, 3 et Sérémé Paco2

 

1 : CNRST/ Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles/ Laboratoire de Génétique et d’Amélioration des Plantes (LAGAMEP) Ouagadougou, Burkina Faso

2 : CNRST/ Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles/ Laboratoire de Protection et Défense des Cultures  (LAPRODEC) Ouagadougou, Burkina Faso

3 : Université Joseph KI-ZERBO/ Laboratoire Biosciences, Ouagadougou, Burkina Faso.

 

*Adresse de l’auteur correspondant: Thio Ibié Gilles, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Références Bibliographiques

Thio, I.G., Ouédraogo, N., Drabo, I., Essem, F., Neya, F.B., Sombié, P.A.E.D., Nikiema, F. W., Boro, O., Thio, B., Néya, J.B., Zagré, B. M., Sawadogo, M., & Sérémé, P. (2022). Evaluation of medium maturity group of soybean (Glycine max L. Merr.) for agronomic performance and adaptation in Sudanian zone of Burkina Faso. African Journal of Agricultural Research, 18(4), 264-275.

Thio, I.G., Thio, B., Ouédraogo, N., Essem, F., Drabo, I., Boro, O., Nikiema, W.F., Sombié, P.A.E.D., Yago, D., Bama, B.H., Sawadogo, M. and Sérémé, P. (2023). Evaluation of Soybean Genotypes (Glycine max L. Merr.) Susceptibility to Parasitic Nematodes in Western Part of Burkina Faso. Agricultural Sciences, Vol. 14(1), 23-34.

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes