lundi 8 août 2022

Don de la diaspora burkinabè en ces temps de coronavirus : La stratégie de l’intermédiaire fait parler

diafaso uneLe Burkina Faso, à l’instar des autres pays du monde, fait face à la pandémie de Covid-19 avec les moyens qui sont les siens C’est dans cet ordre d’idées que des initiatives de solidarité se créent un peu partout. La diaspora burkinabè, malgré le confinement qui lui est imposé, ne veut pas rester en marge de cette chaîne de solidarité. Ainsi, l’Association des Burkinabè de la diaspora (DIAFASO) a mobilisé des ressources pour venir en aide à des personnes indigentes au Burkina Faso.

L’Association des Burkinabè de la diaspora (DIAFASO) a mobilisé des ressources pour soutenir les personnes vulnérables en ces temps de coronavirus. Selon la trésorière dudit regroupement, Agathe Nanga, l’association ne pouvait pas rester en marge de cette pandémie qui affecte leur patrie. Ainsi, elle a, à travers son bureau exécutif, DIAFASO, décidé d’apporter sa contribution en initiant une cotisation des membres. A l’en croire, la cotisation spontanée a permis de réunir environ 500 000 francs CFA et une tonne de riz. Grâce à cela, a-t-elle poursuivi, du riz, du savon et du sucre ont été apportés directement à des personnes nécessiteuses de la ville de Ouagadougou, le vendredi 17 avril 2020. C’est Tibiafouba Madiéga, journaliste culturel et directeur de publication du magazine « Africa Stars », qui a servi d’intermédiaire pour la distribution des vivres. D’après Mme Nanga, il a été d’un grand soutien pour cette activité. diafaso 2« Une fois encore, il nous a apporté son appui comme à chaque fois lors de nos activités », a-t-elle affirmé. Les membres du bureau exécutif, par la voix de la trésorière de DIAFASO, exhortent les populations au strict respect des consignes de sécurité afin de mettre fin très vite à la pandémie de coronavirus. « Le bureau réaffirme sa volonté d’être aux côtés de nos populations pour un développement durable du Burkina Faso », a-t-elle terminé.

Cet élan de générosité de DIAFASO est parvenu à ses destinataires grâce à la stratégie de distribution de Tibiafouba Madiéga, journaliste culturel et directeur de publication du magazine « Africa Stars ». diafaso 3En effet, ce dernier a opté pour l’effet de surprise dans la distribution de ces dons. « Pour nous, c’était la meilleure manière de soutenir les personnes vulnérables. Nous n’avons pas voulu de cérémonie de remise de don », a-t-il relevé. Et d’ajouter qu’il a refusé de confier les vivres aux responsables des différents lieux visités. « Certains intermédiaires sont malhonnêtes. C’est pourquoi, pour éviter que les vivres n’arrivent à leurs destinataires, nous avons décidé de les distribuer nous-mêmes », s’est-il défendu.  Après ce premier don, toujours par l’entreprise de M. Madiéga, un groupe de femmes burkinabè résidant à New York a aussi opté pour le même procédé pour soutenir leurs « sœurs » en détresse au Burkina. « D’autres projets de dons de la diaspora se concrétiseront dans les jours à venir », a informé Madiéga, qui a précisé que certains donateurs non seulement préfèrent garder l’anonymat, mais aussi refusent que leur geste de générosité soit médiatisé. Pour ces derniers, « quand la main droite donne, la main gauche ne doit pas le savoir ». D’autres, par contre, estiment que médiatiser ces dons pourrait inciter d’autres bonnes volontés à emboîter le pas à ces bienfaiteurs.

Obissa

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
y>