jeudi 13 juin 2024

Fermeture des établissements publics et privés d’enseignement : La cohabitation entre élèves et parents dans le contexte du coronavirus

coex uneLa nécessité de se préserver et d’éviter la propagation du coronavirus oblige parents d’élèves et élèves à développer un nouveau mode de vie. Les élèves, obligés de rester à la maison, essaient de s’adapter à leur façon à la fermeture des établissements publics et privés d’enseignement. Les parents, de leur côté également, veillent à ce que leurs enfants respectent les consignes. Le moins qu’on puisse dire est que cette coexistence entre parents d’élèves et élèves en cette période de pandémie de Covid-19 se révèle plutôt difficile.

Cela fera bientôt trois semaines que le gouvernement burkinabè a décidé de la fermeture des classes pour éviter la propagation du Covid-19. Les élèves ne vont donc plus à l’école. Certains d’entre eux considèrent cette pause comme des vacances ; d’autres, par contre, sont soucieux du retard qu’ils sont en train d’accumuler. Donald Kambiré, élève du primaire, affirme qu’il s’ennuie maintenant : « Au début, c’était intéressant mais actuellement ça me plaît plus. Je regarde la télé, étant donné que je ne peux plus sortir, et j’aide maman à faire les travaux ménagers. » Il précise qu’il révise tous les matins avec l’aide de son grand frère. Pour Mme Kambiré, la mère de Donald, la situation était gérable au début. coex 2« Mais les enfants et moi, nous nous ennuyons à présent. C’est difficile pour moi parce qu’il y a d’autres problèmes à gérer. C’est vrai que les enfants participent aux activités de la maison mais ce n’est pas facile, d’autant plus que mon fils aîné est en classe d’examen. C’est vrai que le gouvernement pourrait prendre l’initiative de donner des cours à la télévision, à l’exemple de Burkina Info, mais combien ont accès à l’électricité et ont une télé ? » ajoute-t-elle.

Steve Pouya, écolier du CE1, affirme que ses camarades de classe lui manquent énormément. Selon lui, la reprise des cours le 14 avril est hypothétique. « Je regarde la télé et je joue. Je suis pressé que l’école reprenne», lance-t-il. La mère du petit apprenant affirme lui donner des exercices à traiter et lui confier quelques tâches ménagères pour l’occuper. « J’essaie au maximum de le maintenir à la maison mais il est constamment en mouvement. Lorsque la maison est un peu trop calme, cela m’inquiète parce que je suis persuadé qu’il est en train de commettre des gaffes », confie-t-elle. Selon notre interlocutrice, les cours occupaient utilement les élèves.

Le plus grand souhait des parents d’élèves est la reprise des cours. Beaucoup d’entre eux ne cachent d’ailleurs pas qu’ils craignent une invalidation de l’année scolaire, vu le retard considérable accusé.

Elza Nongana (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes