jeudi 13 juin 2024

Activités sportives et jeux de loisirs : Contexte de coronavirus et jeux de masse dans les quartiers

boul uneDans chaque quartier de la capitale, tous les soirs, les jeunes se retrouvent dans les espaces vides et terrains de jeux pour s’adonner à des activités sportives et de loisirs. Adultes, jeunes et enfants, chacun s’occupe à sa façon. L’apparition du coronavirus au Burkina n’empêche guère la continuité de ces activités post méridiens. Quelles précautions ces individus prennent-ils pour se protéger du coronavirus ? Comment s’organisent-ils pour continuer à pratiquer leurs activités sportives ? Des réponses dans cet article.

Dans un espace vide d’un établissement privé au quartier Belle-ville, un groupe de jeunes jouent à huis clos au football en nombre réduit, précisément à douze, afin d’éviter les rassemblements, comme l’ont recommandé les autorités. L’un d’entre eux affirme que les joueurs sont tous du quartier et qu’ils sont amis, raison pour laquelle ils continuent de jouer au football. « Comme précaution, nous évitons les poignées de main. Jouer au football nous permet de dégraisser. Nous avons fait des mois sans jouer mais nous avons repris récemment l’activité sportive pour ne pas tomber malade par manque d’activité sportive », nous confie notre interlocuteur. Il précise qu’ils ne jouent que pendant une heure et qu’en temps normal, ils sont plus nombreux.

boul 2Un peu plus loin, toujours au quartier Bonheur-ville mais cette fois-ci dans une réserve, un groupe un peu plus jeune que le précédent joue aussi au football. Ses membres, à leurs dires, ont l’habitude de s’y retrouver tous les dimanches soir. Abdoul Moubarak Bonkoungou, un des joueurs, affirme qu’ils portent des masques quand ils jouent afin de se protéger. « Nous essayons de respecter les consignes du ministère tant bien que mal. En raison de la pandémie de coronavirus, le nombre de jeunes qui venaient jouer a baissé », précise-t-il. Comme leurs prédécesseurs, Abdoul Moubarak Bonkoungou et les autres joueurs sont issus du même quartier. Un individu d’un autre quartier peut se joindre à eux s’il le désire, affirme le jeune homme. « Avant, nous jouions jusqu’à la tombée de la nuit mais avec le couvre-feu, après une heure trente de jeu, chacun regagne son domicile », ajoute-t-il.

boul 3L’équipe Soutongnonma de pétanque, de son côté aussi, continue de pratiquer son loisir. Selon les boulistes, ils n’ont pas pris de dispositions particulières mais par prudence, ils n’acceptent pas d’étranger sur leur aire de jeu. Ibrahim Sodré affirme que tous les joueurs sont des voisins de quartier et des amis. « En raison de la pandémie de coronavirus, nous refusons l’adhésion de nouvelles personnes et avons même arrêté les compétitions. Nous continuons de jouer parce que nous savons qu’aucun joueur n’est malade ou n’a été en contact avec un malade du coronavirus », assure ce dernier.

Tous nos interlocuteurs du jour disent être conscients du risque lié à la pratique de leurs loisirs ou activités sportives, coronavirus oblige, mais affirment qu’ils le font pour se maintenir en forme et tuer l’ennui. Le souhait de tous ces pratiquants d’activités sportives et de loisirs, c’est l’éradication du coronavirus pour que les activités reprennent normalement leur cours.

Elza Nongana (Stagiaire)

                                                                                                                                                    

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes