mercredi 19 juin 2024

Alizata Kouda : un exemple de combativité au féminin

bttante unePour une femme, allier vie professionnelle et vie de famille, surtout lorsqu’on mène deux activités professionnelles, n’est pas chose facile. Archiviste de profession, Alizata Kouda est une jeune dame mariée et mère de deux enfants. A côté de cela, elle a mis sur pied et gère l’institut Horlina, spécialisé dans les soins de beauté et la vente de produits cosmétiques fabriqués à partir de plantes naturelles.

Madame Sanou née Kouda Alizata s’est d’abord lancée il y a trois ans de cela dans la vente des produits cosmétiques fabriqués à base d’ingrédients naturels, pour ensuite associer les soins de corps et de mise en beauté. Elle a décidé d’entreprendre en parallèle avec son métier d’archiviste dans l’objectif de s’épanouir. Tout a commencé chez elle à la maison, où elle fabriquait des savons et des crèmes, une fabrication qui a pris de l’ampleur allant jusqu’à occuper tout l’espace de leur maison. Et c’est de la que lui est venue l’idée d’ouvrir un institut parce que les choses marchaient bien. Chose qui s’est faite avec l’accord de son époux, qui l’y a même encouragée.

Tous les matins, dame Sanou se réveille de bonne heure pour s’occuper de sa famille avant d’aller au boulot. Elle quitte son service à 17h pour ensuite rejoindre son institut avant de renter vers 20h. Les jours où il y a de l’affluence, elle rentre pour s’occuper de sa petite famille avant de rejoindre l’institut pour la fermeture. « Lorsque je me réveille, je fais les travaux ménagers, je fais la cuisine et je prépare les enfants pour aller à l’école avant d’aller au service ». Pour assurer dans sa profession d’archiviste, dans son institut en tant que gérante et être une bonne épouse, Alizata Kouda fournit beaucoup d’efforts et s’organise pour y parvenir. « J’ai une organisation un peu militaire parce qu’à partir d’u certain moment, il me faut faire des sacrifices ». Elle poursuit en disant que, chaque heure qu’elle rate impacte forcément l’une de ses activités. Et pour ce faire elle établit un programme quotidien, et à la fin de la journée elle dresse le bilan afin de relever ses failles. Par moments, la fatigue prend le dessus sur elle mais son mari lui est d’un grand soutien et l’aide dans l’exécution de certaines tâches. « Mon mari m’aide dans l’encadrement des enfants, à les amener à l’école, en général tout ce qui concerne les enfants ». Elle ajoute que ses activités ne l’empêchent guère de jouer pleinement son rôle d’épouse et de mère. Elle permet à ses filles de la suivre parfois à l’institut afin qu’elles puissent prendre connaissance de ce qu’elle exerce comme métier.

bttante 2Les réseaux sociaux ont beaucoup contribué à la promotion des produits et de l’institut de Madame Sanou. Elle a tout commencé par faire des publications sur son profil Facebook en évoquant certains aspects de la vie dans le but d’attirer le maximum de personnes pour ensuite aborder son volet commercial. Les témoignages des clients satisfaits de ses prestations et services lui ont aussi été d’un très grand apport dans sa promotion. Notre femme battante déclare que son institut marche bien car elle arrive à créer des emplois. Elle encourage tous ceux et toutes celles qui désirent se lancer dans l’entreprenariat à le faire. Elle invite également les femmes d’une manière générale à se battre pour la réalisation de leur rêve et pour celles qui se battent déjà à continuer dans cette optique, sans oublier d’impliquer leur compagnon comme soutien pour celles qui sont en couple. « Utiliser nos compagnons comme nos adversaires ne nous mènera à rien. Il faut plutôt leur faire comprendre qu’à travers nos activités nous pouvons contribuer à la gestion familiale », a-t-elle laissé entendre.

Elza Nongana (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes