vendredi 10 avril 2020

Mise en place de la faîtière des acteurs du secteur des transports : «Un consensus a été trouvé pour une présidence tournante entre la FENAT et l’OTRAF à la dernière rencontre », Bonaventure Kéré, secrétaire général de la FENAT

fait uneUn projet de création d’une faîtière des acteurs du secteur du transport est à l’ordre du jour depuis quelques mois. Ce sont les dix-huit syndicats de transporteurs qui ont décidé de constituer cette faîtière des transporteurs. En avril 2019, des chauffeurs se réclamant de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) ont entrepris un mouvement d’humeur pour exiger le départ d’Issoufou Maïga, président de l’Organisation des transporteurs routiers du Burkina (OTRAF). Ce dernier serait pressenti pour prendre les rênes d’une faîtière des transporteurs du Burkina en gestation. Pour savoir où en sont ces acteurs des transports dans l’installation du bureau de ladite faîtière, Radars Info Burkina a approché quelques responsables d’organisations du secteur des transports.

Selon Bonaventure Kéré, secrétaire général de la Fédération nationale des acteurs du transport routier du Burkina (FENAT), les organisations socioprofessionnelles du secteur des transports ont opté pour le consensus pour la mise en place de la direction de la faîtière. «Il y a des chauffeurs qui s’étaient opposés à la candidature de celui qui a été désigné parce que dans le consensus les autres organisations avaient accepté de confier la présidence à l’OTRAF, vu que les membres de cette organisation ont une expérience dans la gestion du fret. C’est d’ailleurs les membres de cette organisation qui géraient le fret avec le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) et l’UCRB. Donc nous avons, par consensus, accepté de confier la présidence de cette faîtière à l’OTRAF, représentée par Issoufou Maïga», explique M. Kéré.

Mais un groupe de conducteurs se sont opposés à cette décision.  «Il y a eu une grogne de la part de quelques   conducteurs qui s’atténuait de jour en jour. Alors le ministre des Transports, voulant bien faire les choses, a estimé qu’il fallait prendre en compte l’avis de ces acteurs», a du reste précisé le SG de la FENAT.

fait 2A l’en croire, à la dernière rencontre à laquelle ces frondeurs ont pris part, il était question d’une présidence tournante entre la FENAT et l’OTRAF. «Le deuxième consensus qui a été trouvé, c’était de maintenir le bureau consensuel de départ mais en alternant la présidence. En termes simples, l’OTRAF prend pour un premier mandat la présidence et le second mandat, c’est pour la FENAT. C’est à ce niveau qu’on s’est arrêté en ce qui concerne la mise en place de la faîtière lors de la dernière rencontre», a ajouté Bonaventure Kéré.

Mais toujours est-il qu’au-delà de « ces propositions, il était question de poursuivre les pourparlers avec les frondeurs ».

Quant au secrétaire général de l’UCRB, Brahima Rabo, que nous avons joint au téléphone, il clame : «Nous ne sommes pas concernés ; ce sont les transporteurs.»

Mais pourquoi ces frondeurs ne veulent-ils pas d’Issoufou Maïga comme responsable de la faîtière en gestation ? Telle est la question que nous avons posée. «Ils estiment qu’Issoufou Maïga n’est pas la personne idoine pour gérer cette faîtière, compte tenu de certains faits passés. Chaque fois qu’on a eu des rencontres où Maïga était présent et qu’ils lui ont reproché des choses, ce dernier leur a toujours fourni des explications qui ont semblé les convaincre. Sauf que chaque fois, quelque temps après, les mêmes reviennent dire qu’ils ne sont plus d’accord. Cela fait que moi-même qui les ai rencontrés à plusieurs reprises, je ne sais pas ce qu’ils veulent finalement», a répondu Bonaventure Kéré.

Aly Tinto 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>