vendredi 5 juin 2020

Conseil des ministres : Le plan de riposte à l'épidémie de coronavirus révisé est de 177 914 978 612 francs CFA

img uneCe jeudi 2 avril 2020, s'est tenu un Conseil des ministres sous la présidence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. La gestion de la pandémie du COVID-19 était l'objet essentiel de cette session. Ainsi, au titre du ministère de la Santé, le plan de riposte à l'épidémie a été révisé. Ce plan donne un total de 177 914 978 612 francs CFA.

Le Conseil du jour a instruit la ministre de la Santé, Claudine Lougué, de prendre un arrêté pour la mise en œuvre du protocole de traitement des malades à base de chloroquine.

<<Toujours au titre du ministère de la Santé, il a été présenté le plan de riposte à l'épidémie. Un plan de riposte révisé a été proposé. Le plan proposé il y a quelques semaines était de 11 954 984 233 F CFA. Ce plan avait été bâti pour les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Le plan de riposte révisé donne un total de 177 914 978 612 F.

Lorsque nous regardons la situation de l'épidémie actuellement, 8 régions sur 13 sont touchées. Si nous n'appliquons pas les bonnes pratiques, en termes de distanciation sociale et s'il n'y a pas un renforcement d'un certain nombre d'éléments de mise en œuvre, nous pouvons atteindre un pic de 7000 cas graves dans notre pays en fin avril-début mai>>, a indiqué le ministre de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou.

img 2Partant de ce constat, le plan de riposte a été révisé pour prendre en compte essentiellement quatre points qui sont déterminants au niveau de la riposte pour éviter ce pic. Il s'agit de la sécurisation des personnels de santé, du renforcement du dispositif de prise en charge tant au niveau de ceux existant déjà à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso qu'au niveau des Centres hospitaliers régionaux (CHR), de la disponibilisation des kits de tests et des réactifs de façon continuelle ainsi que de la multiplication des centres de dépistage.

Le point de la collecte et de la gestion des ressources dans la lutte contre le coronavirus a aussi été fait.

<<Le gouvernement voudrait saluer l'ensemble des partenaires techniques et financiers (PTF) qui participent, également féliciter les populations et les acteurs personnels ou d'entreprises constituées pour la mobilisation constatée. Deux comptes ont été ouverts : un compte au niveau du Trésor pour recueillir les contributions de toutes les bonnes volontés et un compte COVID-19 ouvert à la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (BCEAO) pour recueillir les contributions des PTF. Le détail des montants collectés à l’échelle nationale au 1er avril 2020 était de 1 106 644 771 F répartis comme suit : 997 850 00 sous forme de chèques et 111 794 771 en nature>>, a fait savoir le ministre de la Communication.

Toujours au titre de la question de la gestion du COVID-19, le ministre de la Justice, René Bagoro, a présenté un dossier qui a abouti à l'adoption d'un décret portant remise totale de peine à titre exceptionnel au regard de la crise sanitaire. <<Elle concerne 1207 personnes. Ces personnes feront l'objet d'un accompagnement pour leur réinsertion et également d'un accompagnement. Les personnes ayant bénéficié de cette remise de peine l'ont eue au regard de leur santé, de l'âge avancé de l'accomplissement de la moitié de la peine et de la nature moins grave de l'infraction par exclusion de tout auteur de grand banditisme, d'excision et de terrorisme>>, a précisé M. Dandjinou.

Le ministre de l'Economie et des Finances a présenté un rapport sur les mesures de mitigation des effets du coronavirus sur l'économie nationale. <<L'impact du coronavirus sur notre économie se traduit par une contre-performance. La croissance économique qui en ressortira sera de 2%, d’où une baisse contre 6,3% dans le scénario tendanciel qui était avancé, soit un écart de 4,3%.

Au niveau des finances publiques, les recettes totales devraient se situer autour de 1917,8 milliards de F contre 2223 milliards de F, soit un gap de 306 milliards de F.

Quant aux dépenses totales et aux prêts nets, ils se situeront autour de 2 361, 9 milliards en fin décembre 2020, contre une attente de 2498, 8 milliards, soit une baisse de 137 milliards>>, a détaillé le ministre.

Au regard de cette situation, le Conseil a instruit le ministre de l’Economie ainsi que le ministre délégué au Budget de présenter rapidement une loi de finances rectificative qui sera introduite au niveau de l'Assemblée nationale pour prendre en compte les nouvelles priorités du pays.

Ce soir à 20h, le Président du Faso précisera un ensemble de mesures qu'il a décidé de prendre dans le cadre de cet accompagnement économique aux secteurs d'activité et aux populations les plus démunies.

Aly Tinto

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>