mercredi 19 juin 2024

Vendeuses de mangues à Tanghin : Une référence en matière de qualité

mangoesLa période de mars-avril correspond généralement à la saison des mangues au Burkina Faso. Les vendeuses de ce fruit à chair jaune dans la capitale s’approvisionnent surtout auprès des autres villes du pays. Des greffes aux mangues ananas en passant par celles ordinaires, les clients ont l’embarras du choix. Le moins qu’on puisse dire est que les vendeuses de mangues au bord du barrage de Tanghin sont connues de la plupart des Ouagavillois. Lisez plutôt.

Awa, vendeuse de mangues à Tanghin au bord du barrage, non loin du collègue protestant, y est installée depuis une dizaine d’années. Mariée et mère de trois enfants, c’est avec la vente des mangues qu’elle arrive à subvenir aux besoins de sa famille. Mais depuis l’apparition du coronavirus au Burkina, qui a entraîné une mise en quarantaine de nombreuses villes du pays, ces vendeuses de mangues n’arrivent plus à s’approvisionner comme auparavant et même si elles obtiennent le délicieux fruit à pulpe jaune, c’est à un prix exorbitant.

Awa précise que la variété de mangue communément appelée « timtim » provient de Bobo Dioulasso tandis que les mangues appelées « greffes » proviennent de Koudougou. « Cette année, les mangues manquent et les clients n’achètent plus comme avant ; le carton de mangues qui coûtait 12 500 francs CFA est aujourd’hui vendu à 15 000, voire 20 000 francs CFA», dit-elle. Elle ajoute que la plupart des clients apprécient ses mangues.

Quel est le secret de ces vendeuses de fruits et qu’est-ce qui fait leur particularité ? Awa nous répond qu’elle et les autres vendeuses au bord du barrage ont opté de ne vendre que des mangues naturelles : « Nous achetons les mangues cueillies directement de l’arbre, mûres et non mûres. On conserve les mangues non mûres dans des cartons en attendant qu’elles mûrissent pour les vendre ». Elle ajoute que contrairement aux autres vendeuses de mangues, elles ont pris la décision de ne pas utiliser de produits comme le carbure pour accélérer le processus de mûrissement. Une autre dame vendant des mangues ordinaires affirme qu’elle va cueillir ses mangues elle-même à Tintilou (Tanghin Dassouri) pour s’assurer qu’elles sont naturelles. Sur les lieux, un client venu acheter des mangues, affirme qu’il a l’habitude de venir acheter ses mangues à Tanghin. « Je loge à Pissy, mais je préfère venir jusqu’ici parce que les mangues sont vraiment naturelles. Lorsque je les mange je n’ai pas de maux de ventre, ce qui n’est pas toujours le cas quand j’achète les mangues ailleurs », dit-il. Une cliente renchérit qu’elle s’approvisionne en mangues soit à Tanghin, soit sur la route de Koudougou. « A l’intérieur de la ville, il est difficile de trouver de bonnes mangues si ce n’est à Tanghin ou à l’extérieur de la ville ». A les écouter, ces femmes constituent une référence en matière de qualité de mangues à tel point que parcourir de longues distances et payer des mangues à des prix un peu exorbitants ne leur causent aucun souci.

Elza Nongana (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes