samedi 15 juin 2024

Décès de Jean-Baptiste NATAMA: retour sur un parcours exceptionnel

jean baptiste natamaJean-Baptiste NATAMA, alias Toubo Tanam, fonctionnaire international et homme politique burkinabè, s’est éteint ce 18 mars 2018 à l’âge de 54 ans, aux environs de quatre (4) heures du matin, à son domicile à Ouagadougou, des suites d’une maladie. Des couloirs de l’Union africaine (UA) à sa participation à la campagne présidentielle burkinabè en 2015, cet intellectuel hors-pair a durant de longues années mis son expertise au service de l’humanité. Pour sa famille, ses proches et ses collaborateurs, sa disparition est un véritable choc. Des messages de tristesse et de condoléances fusent de divers horizons.

 

Jean-Baptiste NATAMA est né le 30 août 1964 à Léo, dans la province de la Sissili. Il est marié et père de trois enfants. Diplomate de profession, il a, au cours de sa vie, engrangé de multiples expériences aussi bien sur le plan national qu’international.


Un brillant parcours professionnel


Ses nombreux parchemins en main, Jean Baptiste NATAMA connaîtra une ascension professionnelle fulgurante et alléchante. Il occupe successivement des postes de responsabilité au ministère de la Défense et celui des Affaires étrangères du Burkina de 1984 à 1995. Diplomate chevronné, il est considéré comme l’une des personnalités africaines les plus avisées sur les questions internationales. Ainsi, il occupera entre autres les postes de Conseiller au Programme alimentaire mondial (PAM), celui d’expert-analyste au Tribunal pénal international (TPI) pour le Rwanda et facilitateur pour le Centre Pearson du Canada pour les opérations de maintien de la paix, celui de Secrétaire permanent du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), celui d’enseignant-visiteur pour le compte de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) et de l’Union africaine (UA). Mais Jean Baptiste NATAMA est plus connu sous la casquette de Directeur de cabinet de la présidence de l’UA, poste qu’il a occupé de 2012 à 2014.


Un « révolutionnaire »


JB NATAMAJean Baptiste NATAMA épousait fortement les idéaux révolutionnaires prônés par le capitaine Thomas SANKARA. C’est ainsi qu’il prend activement part à la révolution de 1983 en s’enrôlant dans l’armée. Membre de l’Organisation militaire révolutionnaire et du Conseil national de la révolution dirigés par Thomas SANKARA, il participe en 1985 à la « guerre de noël » entre le Mali et le Burkina. Il sera décoré, pour hauts faits de guerre de la médaille d’or du Flambeau de la Révolution, équivalent du Commandeur de l’ordre national. Après l’assassinat de son mentor, il est radié en 1990 des rangs de l’armée par le régime de Front populaire de Blaise COMPAORE.


Jean Baptiste NATAMA, l’homme politique


En 2015, Jean-Baptiste NATAMA a fait son apparition dans le paysage politique du Burkina, en se présentant à l’élection présidentielle, en tant que candidat indépendant. Sous la bannière du Collectif Natama, il obtient 1, 36 % des voix et se positionne huitième (8e) sur un total de quatorze (14) candidats.
Dans son programme de société, il promet de redresser l’économie nationale et d’impulser d’importantes réformes au sein de la société. Et cela concerne tous les domaines. Sur le plan de la santé, par exemple, il annonce la construction d’une usine nationale de fabrication de médicaments génériques et la mise en route effective de l’Assurance maladie universelle dès la première (1re) année de son mandat. Sur le plan de l’éducation, il promet d’assurer la scolarisation de tous les enfants burkinabè avant la fin de son mandat. La lutte contre le chômage fait partie de ses priorités. Ainsi, il annonce la création de centres de formation professionnelle et artisanale dans chacune des provinces du Burkina et la promotion de la maroquinerie burkinabè à travers l’interdiction de l'exportation du bétail sur pattes ou des cuirs et peaux. Contre l’insécurité, il prévoit de mettre en place dans chaque quartier et village des comités de sécurité, et d'introduire le système de vidéo surveillance dans les espaces de grandes attractions, les immeubles publics et les artères des grandes villes. Face à la corruption, il annonce une tolérance zéro et un audit général de la gestion de l’Etat et du système informatique du gouvernement. Lequel gouvernement se verrait réduit à un total de seize (16) ministres.


Messages de condoléances


Suite à la disparition de Jean-Baptiste NATAMA, les messages de condoléances ne se sont pas fait attendre. « J’apprends avec tristesse le décès de Jean-Baptiste NATAMA. Informé par un collègue de son état de santé et de son besoin de se rendre à l’étranger pour des soins, j’avais promptement confectionné son passeport le même jour. Malheureusement, il n’aura pas eu le temps de partir. Paix à son âme », écrit Alpha Barry, Ministre des affaires étrangères du Burkina. « L’UPC garde de Jean-Baptiste NATAMA son courage politique exceptionnel, son sens de l’humanisme et ses succès diplomatiques qui font la fierté du Burkina. L’homme avait également une grande proximité avec la jeunesse burkinabè et africaine », confie Rabi YAMEOGO, Porte-parole du bureau politique national de l’Union pour le progrès et le changement.

 

Resbron Guy BARRY

 

 

 

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes