vendredi 29 mai 2020

La constipation : Un trouble digestif gênant

const uneLa constipation est un trouble digestif caractérisé par un ralentissement du transit intestinal. Elle se manifeste par une difficulté à éliminer des selles souvent petites et dures. Il est question de constipation lorsqu’on va aux selles moins de trois fois par semaine. Elle peut être causée par une alimentation pas assez riche en fibres, le manque d’exercice ou encore par des pathologies comme l’hypothyroïdie. La constipation peut être occasionnelle ou chronique si elle est observée depuis plus de six mois.

La constipation peut être soit de transit, c’est-à-dire que les selles demeurent trop longtemps dans le colon, soit terminale, c’est-à-dire qu’elles s’accumulent dans le rectum. Elle se caractérise généralement par une évacuation de selles uniquement granuleuses (souvent plus dures ou de petite taille), une défécation difficile ou douloureuse, une expulsion incomplète des selles, des ballonnements et crampes, un excès de gaz et de flatulences, un mal de ventre ainsi qu’une perte d’appétit. Elle constitue selon Yasmine Zerbo, diététicienne, « le trouble numéro un à l’origine de presque toutes les affections et peut être considérée comme la cause première de presque tous les dysfonctionnements de l’organisme humain, parce que la constipation compromet la santé du côlon, dont dépend la santé globale de l’organisme ».

Les causes de la constipation sont souvent multiples mais toujours en rapport avec l’hygiène de vie. En effet, elle peut être due à une alimentation déséquilibrée ou insuffisamment riche en fibres apportées par les céréales, les céréales, les légumes et les fruits ; une hydratation insuffisante, une mastication insuffisante lors des repas ou encore le manque d’exercice. La constipation peut également être un symptôme d’hypothyroïdie, de diabète, de dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale), de mégacôlon, d’augmentation de la progestérone chez la femme (pendant la grossesse, fluctuations mensuelles…), ou alors un effet secondaire de certains médicaments (antidépresseurs, antiacides) ou d’une utilisation chronique de laxatifs. const 2Elle est, dans certains cas, un signe précurseur d’une appendicite.  

Comment alors soutenir le transit intestinal pour éviter au maximum la constipation ? A en croire la spécialiste en diététique, il faut consommer beaucoup de fruits et légumes, idéalement beaucoup plus que 5 de légumes et fruits par jour, tout en limitant la consommation d’aliments « constipants », particulièrement les céréales (pâtes, pain, biscuits, pizza…) et pomme de terre. « Si l’alimentation ressemble à un régime sans résidus, basé sur la viande et les aliments à base de farine de blé, il y aura forcément une tendance à la constipation », ajoute-t-elle. Il faut également veiller à boire suffisamment d’eau, environ 1 l-1,5 l par jour. Consommer des boissons chaudes comme le café du matin ou boire 20 cl d’eau chaude au réveil peut aider à stimuler le transit. En outre, faire du sport aide l’organisme à éviter le ralentissement du transit, car le corps a besoin de mouvements pour fonctionner correctement, et l’activité physique au quotidien est indispensable pour soutenir le péristaltisme, c’est-à-dire le mouvement des intestins qui permet aux matières de transiter plutôt que de stagner. Une cuillère à soupe d’huile d’olive bio, à jeun au réveil le matin, peut stimuler la production de bile, qui va avoir un léger effet laxatif naturel.

Dans la plupart des cas, la constipation est bénigne et disparaît d’elle-même en quelques jours grâce à un régime alimentaire adapté. Néanmoins si elle persiste, certaines complications comme une occlusion intestinale, des hémorroïdes ou fissures anales peuvent survenir. D’où la nécessité de consulter un médecin lorsque la constipation excède deux semaines.

Armelle Ouédraogo

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>