lundi 4 juillet 2022

Pèlerinage à La Mecque : Ce que prévoit le Coran et ce qui est fait sur le terrain

mecquLe hadjdj et la Umra sont les pèlerinages qu’effectuent les musulmans à La Mecque pour sacrifier à certains rites. Si le premier est plus long et se déroule avant la fête de Tabaski, le second par contre est plus court et peut s’effectuer à tout moment de l’année. Pour ces deux pèlerinages, des conditions de participation sont fixées par le Coran. Quelles sont-elles et comment elles sont respectées ?

Selon el Hadj Oumar Nikiema, « le dernier des piliers de l’islam est le pèlerinage hadjdj. Tous les musulmans doivent l’accomplir au moins une fois dans leur vie si leurs finances et leur santé le leur permettent. Le hadjdj comporte une série de rites qui se déroulent chaque année à la mosquée sacrée de La Mecque et dans les régions voisines de Mina, Muzdalifa et Arafat. Un pèlerinage plus court à La Mecque, appelé Umra, fait partie du hadjdj, mais il peut s’effectuer à tout moment de l’année ».

Il se trouve que dans les mentalités africaines en général et celles burkinabè en particulier, ce pilier est une obligation que le fidèle musulman doit remplir, pour peu qu’il en ait la capacité financière. Ils passent ainsi sous silence la deuxième condition requise par le Coran qui est la bonne santé du candidat au pèlerinage. La conséquence en est que chaque année que Dieu fait, l’on déplore des décès de pèlerins en Terre sainte musulmane liés à leur mauvaise condition physique. Il paraît même que d'aucuns sont convaincus que mourir au cours du pèlerinage et être enterré à La Mecque, non loin de la Kaaba, est une bénédiction. Est-ce ce qui expliquerait cet état de choses ?

Outre ces aspects non respectés par plusieurs croyants, il faut noter que presque chaque année au Burkina Faso, il y a des ratés dans l’organisation du pèlerinage à La Mecque. En effet, certains pèlerins enregistrés n’arrivent pas à la dernière minute à effectuer le voyage, faute de visas ou en raison du retard lié à la fermeture des frontières saoudiennes pour le début du Hadj. C’est le cas d'Issaka Nikiema qui déclare avoir été victime de cela au pèlerinage de 2018 et pense qu’il y a une mauvaise gestion du comité d’organisation en matière de démarche pour l’octroi des différentes pièces entrant dans le cadre de ce voyage.

En tout état de cause, les organisateurs de ces pèlerinages rendraient plus service aux fidèles musulmans en respectant ce que prescrit le livre saint musulman et en s’y prenant tôt pour satisfaire les postulants.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes