samedi 15 juin 2024

Migration irrégulière : la jeune chambre internationale universitaire Ouaga soleil outille les jeunes pour des changements positifs

migrations uneCe jeudi 21 mars 2019, s’est déroulé le 2e forum universitaire des jeunes sur la migration irrégulière. C’est sur le thème « le rôle des Etats dans la gestion des flux migratoires » que panélistes et participants se sont entretenus. L’objectif de ce forum, c’est d’offrir des opportunités de développement aux jeunes en leur donnant la capacité de créer des changements positifs.

« Depuis le 1er janvier 2019, plus de 350 migrants ont perdu la vie en tentant de rejoindre l’Europe par la mer. La situation est alarmante. » C’est ce qu’affirme Kassoum Kafando, le président exécutif de la JCI universitaire Ouaga soleil. 

Pour celui-ci, ce phénomène est mondial et interpellateur. Il précise qu’aussi bien les gouvernements, les organismes internationaux et nationaux, les entreprises, la société civile, les populations que les migrants doivent se pencher sur la question afin de trouver des solutions durables à ce phénomène. Pour le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, François d’Assise Yaméogo, représentant le ministre des Affaires étrangères, président de la cérémonie, la migration irrégulière était un fait il y a quelques années. Après avoir franchi le cap de phénomène, elle est devenue aujourd’hui un fléau qui gangrène l’économie et même le développement de la majorité des pays pauvres. Il reconnaît que l’une des solutions palliatives de ce problème, c’est la mise en œuvre de politiques qui répondent aux besoins de la jeunesse. Car, dit-il, « ce n’est souvent pas de gaieté de cœur que ceux-ci vont dans d’autres pays clandestinement. C’est parce que souvent face aux difficultés d’accès à l’emploi qu’ils pensent résoudre en y allant ».

Selon M. Yaméogo, l’imaginaire Eldorado que les jeunes ont de l’Europe peut se transformer en enfer une fois arrivésmigrations 2 dans leur pays de rêve. Car dit-il, il y a dans ces pays des chômeurs. Or, selon une enquête réalisée par l’OIM, 78% des migrants vont en migration en quête d’emploi, sous l’impulsion de leur famille et l’incitation de leurs amis.

Pour Kassoum Kafando, au-delà de la sensibilisation que vise le forum, les participants vont découvrir à la lumière des débats qu’il y a plusieurs voies et moyens de se réaliser, étant au pays.

C’est sous les thèmes suivants : le rôle des gouvernements dans la gestion des flux migratoires, le pacte mondial de la migration et le sort des réfugiés, la stratégie nationale pour des migrations sûres, l’impact socio-économique de la migration nationale et internationale des Burkinabè que s’est déroulé le forum. Il a connu la participation de plusieurs organisations telles l’Organisation internationale pour les migrations, l’Union européenne, le haut-commissariat pour les réfugiés, la Direction générale de l’économie et de la planification, l’institut national de la statistique et de la démographie, qui ont développé des thématiques en vue de sensibiliser les jeunes pour qu’ils optent pour une migration sûre.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes