mercredi 19 juin 2024

Massacres à Barga : Le gouvernement en est responsable, selon le Chef de file de l’opposition politique  

pofcCarlos Toé du MCR et Amadou Diemdioda Dicko de l’UPC étaient face à la presse ce jour 10 mars pour le traditionnel point de presse du chef de file de l’opposition. Au menu des échanges avec les hommes et femmes de médias : le massacre de 43 civils à Barga, la marche-meeting des syndicats contre l’extension de l’IUTS, l’arrêt de travail illimité dans les médias publics ainsi que l’apparition de deux cas de coronavirus dans notre pays.

43 civils ont été tués au cours d’attaques perpétrées dans la commune de Barga. Si dans son communiqué le gouvernement parle d’hommes armés non identifiés qui seraient à la base de ce massacre, certains médias, eux, pointent du doigt les groupes d’autodéfense Koglwéogo. « Au regard de la gravité de ce drame et de la confusion qui l’entoure, l’opposition politique exige une enquête indépendante, de même que la poursuite diligente des différents coupables, conformément aux lois en vigueur », a martelé Carlos Toé. L’opposition soutient que c’est la mauvaise gestion de l’affaire de Yirgou par le gouvernement qui aurait assuré l’impunité des différents auteurs, qui a ouvert la porte à d’autres massacres dont le plus récent n’est autre que celui de Barga. Et le CFOP continuera à donner de la voix, tant que justice ne sera pas rendue aux victimes de ces différentes tueries.

Concernant la marche organisée par les syndicats pour protester contre l’application de l’IUTS aux primes et indemnités des travailleurs du public, le CFOP a félicité les structures organisatrices pour le succès de la mobilisation. Il a aussi invité le gouvernement à revoir sa copie en suspendant l’extension dudit impôt aux primes et indemnités et en renouant le dialogue car, affirme-t-il, la mesure est inopportune et le pouvoir d’achat des travailleurs déjà faible. « En ces heures où l’ennemi est dans la maison Burkina, le gouvernement devrait travailler à rassembler toutes les forces au lieu de diviser de manière cynique les citoyens en sous-zones comme il le fait… Il est encore temps pour le régime MPP de savoir raison garder et d’éviter un blocage généralisé de l’administration publique et tout ce qui peut s’en suivre », ont martelé les conférenciers du jour.

Pour le CFOP, la décision du gouvernement d’affecter 350 agents des médias publics a pour seul but de « chasser des journalistes professionnels et neutres pour les remplacer par des griots acquis à sa cause ». L’opposition politique prévient qu’elle suit de très près la situation et qu’elle ne permettra pas que les médias publics, créés et entretenus par l’argent du contribuable, soient transformés en « agence de communication du MPP ». Elle invite donc le gouvernement à renouer le dialogue avec les travailleurs des médias d’Etat.

Quant aux cas avérés de coronavirus sur le sol burkinabè, l’opposition a invité le gouvernement à lancer sans attendre une vaste campagne de sensibilisation des citoyens, afin de prévenir et de prendre en charge les éventuels autres cas.

Armelle Ouédraogo 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes