vendredi 5 juin 2020

Conseil des ministres : Adoption de 10 décrets d’application de la loi portant statut de la fonction publique hospitalière

inouLe Premier Conseil ordinaire des ministres de l’année 2020 s’est tenu le mercredi 8 janvier 2020 sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso. Il a été marqué par l’examen de certains dossiers, des communications orales ainsi que des nominations dans des conseils d’administration et à titre individuel. C’est ainsi qu’au titre du ministère de la Santé, le gouvernement a adopté 10 décrets d’application de la loi portant statut de la fonction publique hospitalière au Burkina Faso.

 « Au titre du ministère de la Santé, je voudrais m’arrêter sur deux rapports. Le premier est relatif à l’adoption du plan de préparation et de riposte face à une éventuelle épidémie de méningite en 2020 au Burkina Faso. En rappel,en 2019 nous avons eu 11 districts sanitaires qui ont connu des cas de méningites. Cette situation a  nécessité parfois la conduite de campagnes de vaccination contre la méningite dans les districts de Diapaga, Sebba et Gayeri. Les données de l’OMS montrent que les pays frontaliers comme le Ghana avec trois districts et le Togo avec un ont connu des épidémies. Le plan que nous avons adopté a un coût de 3 026 230 859 francs CFA et prévoit entre autres le renforcement de la surveillance épidémiologique, le pre-positionnement des médicaments en vaccins et consommables, la prise en charge gratuite et précoce des cas selon les protocoles révisés, la vaccination réactive de masse gratuite en cas d’épidémie et le renforcement de la communication envers les populations », a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rémi Fulgance Dandjinou.

Toujours au titre du ministère de la Santé, le Conseil a adopté 10 décrets d’application de la loi portant statut de la fonction publique hospitalière au Burkina Faso. « Ces décrets assurent un équilibre entre innovation et respect des principes généraux de la fonction publique d’Etat. Ils doivent donc permettre de satisfaire les partenaires sociaux mais également de mettre en œuvre cette loi sur la fonction publique hospitalière qui est attendue par tous les acteurs », a expliqué le ministre.

Le Conseil des ministres a également, au titre du ministère de la Sécurité, adopté un décret portant création, organisation et attribution ainsi que fonctionnement de la Brigade centrale de la lutte contre la cybercriminalité.

 «La création de cette brigade est devenue une nécessité et vise à doter notre pays d’une structure à la pointe de la technologie avec un personnel technique très performant et bien formé sur ces questions de cybercriminalité.

En rappel, lors de différentes interpellations de 2019, plus de 18 000 téléphones ont été saisis entre les mains des personnes arrêtées et plus de 3 000 ordinateurs ont été saisis. Egalement beaucoup d’actes de cybercriminalité ont été posés d’où la nécessité  de prendre en compte cet aspect », a fait savoir le porte-parole du gouvernement.

Au titre du ministère de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation, le conseil a donné autorisation pour la conclusion d’un marché par entente directe pour acquisition de 10 013 ordinateurs portables pour les étudiants de cycle licence. Selon le ministre ce marché doit permettre d’opérationnaliser le projet un étudiant un ordinateur. Le coût de ce marché est de 1 999 952 375 francs CFA. « Dans le principe il y a une subvention de l’Etat de 40% du coût de l’ordinateur pour les étudiants qui sont inscrits présents et de 60% pour les étudiants qui sont dans le cadre de l’université numérique », a-t-il précisé.

Au titre du ministère de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, un rapport sur l’organisation du pèlerinage à La Mecque en 2019 a été présenté au Conseil, suivi des conclusions pour le hadji 2020. En 2019 le prix était de 2 132 000 francs CFA. « Ce prix avait été possible grâce à une subvention de l’Etat de 1 100 000 000 de francs CFA. Le hadji 2019 a vu 8 143 pèlerins partis du Burkina et malheureusement nous avons perdu 6 personnes. Les difficultés relevées c’est le retard des inscriptions, la modification des programmes de vols, la durée dans le retour  à Ouagadougou, l’insalubrité et les mauvaises conditions d’hygiène dans certains sites d’hébergement. Pour 2020, le Conseil a arrêté le maintien du comité d’organisation pour deux ans ainsi que la reconduction du groupe d’agences. Nous avons aussi reçu confirmation du quota de pèlerins pour cette année qui est le même que pour celui de l’année dernière 8143 pèlerins. Le conseil a également demandé au ministère de tutelle de finaliser le contrat avec les transporteurs aériens avant le 2 mars 2020 », a-t-il noté.

Pour terminer sur les rapports,  il y a celui relatif au projet de « mobilité urbaine du grand Ouaga ». « C’est un projet qui tient à cœur les différents acteurs parce que c’est un engagement du Président du Faso d’améliorer la mobilité urbaine. A ce titre le Conseil a marqué son accord sur la mise en œuvre du projet « mobilité urbaine du grand Ouaga ». Le Conseil instruit les ministres sectoriels pour une finalisation des discussions relatives à leur compétence respective et pour une implication de la commune de Ouagadougou à la réussite de ce projet», a affirmé Rémi Fulgance Dandjinou.

Au titre des communications orales, le ministre est revenu sur l’explosion ce mercredi 8 janvier 2020 dans une école franco-arabe, au secteur 38 dans l’arrondissement 9 de Ouagadougou, faisant quatre élèves blessés dont deux graves, selon la gendarmerie nationale. «Il faut juste préciser qu’il s’agit d’un engin explosif artisanal qui a été ramené par les élèves en classe. Et c’est l’occasion de rappeler aux acteurs que dans la situation où nous sommes la nécessité de circonscrire l’information est très importante. Tant au niveau de la communication qu’elle soit faite par les réseaux sociaux que dans notre communication au quotidien des événements. Ce qu’on a pu observer aujourd’hui est symptomatique d’une psychose qui s’est installée. Et sur laquelle chacun d’entre nous doit être des  d’acteurs pour empêcher cette situation. Connaître une telle psychose c’est également une partie victoire à ceux qui veulent nous affaiblir. », a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Aly Tinto

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>