vendredi 10 avril 2020

Point de presse du gouvernement : L’Organisation de la fête de l’indépendance et le dialogue politique entre majorité et opposition passés en revue

gouvrn uneAu point de presse du gouvernement de ce jeudi 29 novembre, c’est le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation qui s’est prêté à cet exercice de redevabilité citoyenne. Il a parlé de l’état d’avancement des travaux de célébration du 11-Décembre dans la région du Centre-Est et présenté les réalisations en cours dans les provinces autres que le chef-lieu de la région. En outre, il a abordé  la question du dialogue politique entre majorité et opposition politiques, singulièrement sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des recommandations pour la tenue des élections présidentielle et législatives de 2020.

Selon le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, le comité d’organisation travaille d’arrache-pied à accueillir les 4 500 défilants qui viendront des quatre coins du Burkina pour le défilé civil et militaire. Pour lui, cette célébration sera empreinte de sobriété selon les recommandations du président du Faso, vu la crise sécuritaire que traverse le pays des hommes intègres. Ces tristes évènements occasionnent plusieurs pertes en vies humaines et des milliers de déplacés. C’est ce qui a conduit à cette décision qui veut que la célébration soit riche en couleurs mais sobre en matière de festivités.

Siméon Sawadogo a indiqué qu’étant donné que cette année marque le centenaire de la création de la Haute Volta, aujourd’hui Burkina Faso, le thème est « 100 ans de création du Burkina Faso, devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l’Etat-nation ». Dans les trois provinces de la région, à savoir le Kourittenga, le Koulpélogo et le Boulgou, il y a eu des panels avec les sous-thèmes qui sous-tendent le thème principal. Selon lui, les ressortissants de la région ont promis de faire une fête inégalée et inégalable à travers des plans de construction assez spécifiques, vu l’important effectif de la diaspora de cette région qui s’est bien organisée pour la circonstance. En matière d’infrastructures qui sont en train d’être construites, le ministre d’Etat  a relevé qu’elles seront réparties dans les différentes provinces. Pour ce qui est des infrastructures routières, il a souligné qu’un certain nombre de kilomètres de routes seront construits, en plus de la ville de Tenkodogo qui accueille la cérémonie, à Koupéla et à Ouargaye. En plus de cela, des logements sociaux sont prévus dans ces trois villes de même que des Centres de santé et de promotion sociale (CSPS). En termes de pourcentage, il a estimé que les réalisations sont à un taux de 95%. Spécifiquement, Siméon Sawadogo a confié aux journalistes qu’une université est en construction à l’occasion de cette fête de l’indépendance. Il estime le coût d’investissement des infrastructures à 30 milliards de francs CFA.

En ce qui concerne le deuxième point, à savoir le dialogue politique entre l’opposition et la majorité, le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale estime que ce fut un moment de grande communion entre les deux parties. Selon lui, ce dialogue instruit par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a été axé sur deux éléments essentiels, à savoir le Code électoral et les élections de 2020. S’agissant du point cité, les deux parties auraient procédé à la relecture du Code général de l’administration électorale a minima, étant donné que tout le Code le sera, et arrêté le calendrier des élections, lesquelles se tiendront en 2020 pour ce qui est de la présidentielle et des législatives, et en 2021 pour celles municipales. Le vote des Burkinabè de l’extérieur a été acté, selon le ministre, et toutes les conditions pour son bon déroulement ont été proposées. Entre autres recommandations, le dialogue aurait proposé que les présidents des collectivités territoriales soient élus au chiffrage universel direct. En outre, la refonte de la CENI aurait été proposée par ce dialogue politique. Sur l’ensemble de ces propositions, le ministre d’Etat a déclaré que les ministres, chacun dans son domaine, a eu pour instruction d’opérationnaliser ces recommandations. De ce fait, il ne doute pas de la tenue des élections en 2020. A ce dialogue, la situation sécuritaire du pays a été abordée, de même que la question de la réconciliation nationale.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>