vendredi 10 avril 2020

Recrutement de volontaires dans les zones sous menace : Un décret portant modalités d’enrôlement en cours d’élaboration

minnLa situation sécuritaire actuelle du Burkina Faso, en proie à de nombreuses attaques dont celle récente d’un convoi minier de SEMAFO, sur l’axe Ougourou-Boungou, était au cœur du Conseil des ministres de ce jour, présidé par le chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré. Le porte-parole du gouvernement, dans son compte rendu dudit Conseil, a annoncé qu’un décret organiserait le recrutement des volontaires pour la défense de la nation dans les zones sous menace terroriste.

Rémis Fulgance Dandjinou a indiqué que le président du Faso est revenu, en début de conseil, sur les directives données en ce qui concerne les questions sécuritaires. Pour ce qui est de l’opérationnalisation de la mesure ayant trait à l’enrôlement de volontaires pour la défense dans les zones sous menace, le porte-parole du gouvernement a annoncé qu’un travail législatif réglementaire était en cours et qu’un décret porté par le ministère de la Défense serait bientôt soumis à l’appréciation du Conseil des ministres. Il a insisté sur le fait qu’à la date d’aujourd’hui, aucun recrutement n’avait été effectué par l’Etat.

Le ministère des Postes et du Développement de l’économie numérique a, au cours du conseil, présenté un décret en application de l’article 174 de la loi N°061-2008, portant réglementation des réseaux et services de communication. Ce décret, selon le porte-parole du gouvernement, permet de créer une base juridique pour l’utilisation de certains éléments du Fonds pour la mise en œuvre des mesures exceptionnelles dans le secteur de la communication électronique. Plusieurs activités sont éligibles à ce fonds. Il s’agit, entre autres, des mesures de rétablissement des communications d’urgence en cas de catastrophe ou de crise, ainsi que de mesures relatives à la réalisation ou à la protection d’infrastructures stratégiques et critiques au bénéfice des acteurs du secteur de la communication.

Pour ce qui est du ministère des Infrastructures, le Conseil des ministres a approuvé des marchés pour des travaux d’entretien périodique des routes en terre pour l’année 2019. Il s’agit de la route départementale N°12, longue de 42 km ( Niomporou-Yé), pour un montant de 856 millions de FCFA, et des travaux de construction d’un ouvrage de franchissement et d’aménagements sur la route départementale N°55 pour un montant de 1milliard 204 millions concernant un tronçon de 37 km. Le conseil a aussi approuvé les résultats de l’appel d’offres pour les travaux d’éclairage public des voies d’accès à l’aéroport de Donsin. Ces travaux vont coûter environ 5 milliards 814 millions de FCFA provenant du budget de l’Etat, avec un délai d’exécution de 9 mois.

Le porte-parole du gouvernement, se prononçant sur le bilan de l’attaque de Boungou, a affirmé qu’à ce jour, l’on dénombre 38 personnes décédées identifiées et 02 nouvelles victimes en cours d’identification. A propos des chiffres relayés sur les réseaux sociaux et faisant état de 98 à 100 victimes, il a ajouté que le gouvernement n’avait aucune raison de mentir sur le nombre de personnes tuées.      

Armelle Ouédraogo

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>