mardi 18 juin 2024

SNC 2018 : « Malgré l'incendie de 2016, l'engouement autour de la manifestation est toujours présent… », Issa Golo BARRO

DG SNCLa 19e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) ouvrira ses portes le 24 mars 2018. A quelques jours de l'ouverture officielle de l'événement, Radars info Burkina a rencontré le Directeur Général de la structure organisatrice, pour faire le point de l'état d'avancement des préparatifs.

 

Radars Info Burkina(RIB): Monsieur le Directeur Général, comment se déroulent les préparatifs de la 19e édition de la SNC?

Issa Golo BARRO : A quelques jours de la manifestation, les préparatifs vont bon train. Depuis la mise en place du Comité national d'organisation, le 16 février dernier, par monsieur le ministre de la Culture, des arts et du tourisme, toutes les commissions sont à pied d'œuvre. La commission Aménagement-infrastructures a déjà fait le tour des sites d'hébergement et des sites des activités de la manifestation. En collaboration avec les différents prestataires, cette commission est actuellement en train de nettoyer les sites en question. La commission communication a déjà fait passer un spot d'annonce qui permet à tous les sponsors, à tous les partenaires qui veulent encore venir soutenir cette manifestation de le faire. Elle a également fini l'élaboration de la brochure-programme et l'a mise à la disposition du prestataire afin que ce document puisse paraitre bien avant l'ouverture de la manifestation. La commission sécurité quant à elle, est en train de travailler. Elle a déjà fait plusieurs reconnaissances de terrains et nous a donné l'assurance que l'aspect sécurité sera garanti lors de cette manifestation. Au niveau des commissions restauration et accueil-hébergement, les différents sites ont été également visités et tout se passe bien pour le bon accueil et le bon hébergement des artistes qui doivent arriver le 22 mars prochain.

 

RIB: Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés?

IGB : La SNC est une grande manifestation et dans son organisation les difficultés ne manquent pas. Mais heureusement, ce ne sont pas des difficultés majeures de nature à entraver la tenue de la manifestation. Toutes les commissions sont au travail; et c'est un travail à la chaine. Par exemple il faut que la commission aménagements finisse de rendre l'espace très propre afin que la commission qui doit installer les stands puisse prendre le relais. Pour l'instant, aucune difficulté majeure ne nous a été signalée par une commission.

 

RIB: Est-ce que l'incendie survenu à l'édition précédente n'impacterait pas négativement la participation à la présente édition?

IGB : Je ne le pense pas, parce qu’à ce jour, tous les stands que nous avons mis en commercialisation pour l'aire de la foire (environ 450 stands et 70 buvettes) ont été tous effectivement commercialisés. Les stands au niveau de l'Institut français et du village gastronomique ont tous également été commercialisés. C'est vous dire que malgré l'incendie de 2016, l'engouement autour de la manifestation est toujours présent.

logo SNC 2018 768x542

 

RIB: Cette année, quelle disposition a été prise pour mettre en confiance les exposants, car quoi qu’on en dise le spectre de 2016 est toujours là?

IGB: A cette édition, la disposition prise pour rassurer les exposants, est la souscription d'assurance de chaque exposant auprès de l'assureur officiel. Pour un stand de 6 m² commercialisé à soixante mille (60 000) francs CFA, la souscription à l'assurance est de cinq mille (5 000) francs CFA, le stand de 12 m² commercialisé à cent vingt mille (120 000)  francs CFA est, lui, assuré à dix mille (10 000) francs CFA. La souscription pour les bars et buvettes est de quinze mille (15 000) francs CFA. La souscription se fait entre l'assureur officiel et l'exposant. Nous avons expliqué cette disposition à tous les acquéreurs de stands et ils y ont souscrit.

 

RIB: Où en êtes-vous avec le projet de la cité des artistes? 

IGB: Le projet est toujours en cours. Nous avions voulu qu'elle voie le jour pour la présente édition, mais malheureusement, ce ne sera pas le cas. Les artistes seront encore hébergés dans les écoles mais dans de bonnes conditions en attendant cette cité des artistes, qui on le sait est très attendue. Mais sachez que la mairie a accepté de nous donner 20 hectares pour ce projet. Les étapes de réalisation de l'ouvrage que sont la levée topographique du terrain, les études environnementales, les études de faisabilité, etc., sont en cours.

 

RIB: Y'a-t-il cette année des innovations en ce qui concerne les plateaux off et les espaces pour enfants?

 IGB: En 2014, on avait sept (7) plateaux, soit un plateau par arrondissement. Mais cette année, nous sommes à quatre (4) plateaux. Mais ces quatre plateaux seront accompagnés par trois autres que la commune de Bobo-Dioulasso a bien voulu installer. La fête sera donc étendue aux sept (7) arrondissements. La sélection des artistes pour ces plateaux off a déjà été faite et les artistes sélectionnés, ont été joints au téléphone pour qu'ils commencent à répéter avec les orchestres, puisque la plupart ont accepté de travailler en live. Pour la participation des enfants, nous avons le site de l'Espace de jeunesse et de rencontres de Dafra qui accueille entre mille (1 000) et mille cinq cents (1 500) enfants qui apprennent les métiers d'art. Cet espace leur permet non seulement de participer à la fête mais aussi de les préparer à la relève. Tout cela concourt à la sauvegarde des valeurs culturelles que nous défendons.

 

Propos recueillis par Yessy BAKO, correspondant/Bobo-Dioulasso

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes