dimanche 12 juillet 2020

Musique : Soundjata « Le fils du buffle », le dernier-né de Donsharp, dédicacé au village

baobab unDans la soirée du mardi 25 février 2020 pour la dédicace de son dernier-né intitulé Soundjata "Le fils du buffle'', un opus de 12 titres, l'artiste parolier Donsharp De Batoro n'a pas eu besoin d'inviter le public entre quatre murs. Ce fut dans la surprise générale que le public a été accueilli dans une cour royale située dans un village au sein du Musée national. Radars Info Burkina y était.

Des cases, des femmes autour des marmites pour la préparation du dîner, des moutons et chèvres attachés sous des arbres épineux, de la volaille qui gratte le sol. Sous un grand arbre, des nattes étalées à côté d'un fauteuil royal et des chaises : c'est le décor original qui est donné à voir pour ceux qui ont fait le déplacement au Musée national pour la sotie officielle du 5e album du parolier.

C'est à 20h que les places sous l'arbre connaîtront leurs principaux cooccupants. Il s’agit entre autres de Me Pacéré Titinga, entouré de ses sujets, du ministre de la Culture et de l'artiste lui-même.

C'est le temps de découvrir le nouvel album. La présence de Me Titinga à cette soirée n'est pas anodine. En effet, le 5e titre, «A l'ombre du baobab », de l'album est un featuring de l'artiste avec Me Titinga. C'est ce titre que le public a d'abord écouté en intégralité.  «Les enfants, les petits-enfants, si la termitière vit, qu’elle ajoute de la terre à la terre. Parce que si elle meurt, il ne restera qu'un sol plat », ce sont les paroles du nonagénaire dès le début du titre.

Par la suite, c'est titre Sougri, en featuring avec Bagagnaan, qui est donné à écouter partiellement. «C'est une chanson interprétée par Donsharp et Bagagnaan mais en réalité c'est une chanson du commandant Papus. C'est la dernière chanson enregistrée de l'album. Sougri, c'est le pardon. C’est pour dire que le Burkina Faso ne peut avancer sans le pardon », a expliqué l'artiste.

baobab 2Consommons local a été la dernière chanson en audition cette soirée. Un titre en featuring avec Hamed Smani. « Quand j’ai vu sur les réseaux sociaux le décret invitant à faire la promotion des produits made in Burkina Faso, je me suis dit que ça fera l'objet d'une chanson pour moi. J'ai appelé encore le commandant Papus pour demander qui peut me faire la partie en mooré.  Il m'a dit : ‘’Ton homme, c'est Hamed Smani parce que depuis il s'habille en costume Faso Dan Fani’’», a fait savoir l’artiste.

A la suite des auditions des différents titres, l'artiste a fait découvrir en exclusivité   au public le clip du titre qui donne son nom à l'album. Dans une attention particulière, le public a suivi le clip Soundjata, tourné dans une nature splendide dans un village burkinabè.

«Une  magnifique  vidéo. Félicitations à toi l'artiste Donsharp pour cet hommage rendu à Soundjata Keita, fondateur de l'empire mandingue. Probablement qu'il va nous apporter cette chanson à la cérémonie d'ouverture de la prochaine  Semaine nationale de  la culture (SNC) qui a lieu du 28 mars au 4 avril 2020. Et la coïncidence c'est que le Mali est le pays invité d'honneur », a indiqué le ministre Abdoul Karim Sango, très ému.

Par la suite, c'est Me Titinga qui a pris la parole : « J’ai été enregistré à l’improviste en studio. Une improvisation qui me venait tout simplement sous forme un peu poétique. Ce fut une surprise. C'est ma fille (Sylvie Ouattara née Pacéré, évoluant dans  l'événementiel, Ndlr) qui a fait la décoration de ce soir. Ça me fait plaisir, ça m'honore. Je suis surpris de cette soirée qui nous honore tous parce qu’elle honore la culture. Et qui traite de thèmes véritablement importants et centraux. En Afrique, c'est la culture qui gouverne et non la politique. La culture repose sur la société. Le pardon est nécessaire, important et incontournable.  Quand j'ai entendu parler de pardon ici, j'étais très heureux. Faisons tout pour vivre ensemble.

Quant à notre fils Donsharp chez nous on dit que quand ta bouche est trop pleine il ne faut pas parler. Tout ce que je peux dire, c’est qu'il continue. J'apprends beaucoup de lui ».

L’artiste Agozo aime beaucoup l’album, surtout le premier titre, le 4e ainsi que le 5e titre. « J’ai tiré des choses dedans pour moi-même. Le clip Soundjata également est impeccable. »

La soirée s’est terminée autour du dîner préparé à la cour royale. Le public avait le choix au niveau de la nourriture entre le tô gourounsi avec sauce oseille  et le riz gras. Au niveau des boissons, c'est le dolo, le zom-koom, des jus de bissap et de gingembre qui étaient proposés.

Aly Tinto et Elsa Nongana (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>