samedi 22 juin 2024

Insertion socioprofessionnelle des handicapés visuels : Abdoulaye Bandaogo, un exemple de réussite

bandaogo uneS’il est vrai que de manière générale la question de l’emploi se pose avec acuité au Burkina Faso, s’agissant des personnes vivant avec un handicap visuel, cet état de fait est plus durement ressenti. Toutefois, en dépit de leur situation de handicap et des difficultés auxquelles elles sont confrontées, certaines d’entre elles parviennent à se faire une place au soleil. C’est le cas d’Abdoulaye Bandaogo, qui a un parcours impressionnant.

Abdoulaye Bandaogo raconte avoir perdu la vue depuis 2007, alors qu’il était encore élève dans un lycée de la place. Suite à cela, il a dû intégrer l’Ecole des jeunes aveugles (EJA) pour une formation en braille afin de pouvoir réintégrer le système classique d’enseignement général avec les voyants et poursuivre ses études. Avant qu’il ne perde la vue, il jouait au football, nous dit-il. Mais son état de déficience visuelle l’a obligé à mettre fin à ce loisir.  Il s’est alors consacré corps et âme à ses études jusqu'à ce que la chance lui sourie à radio Oméga Fm. En effet, la passion de Bandaogo pour le  football lui a permis de rencontrer Bernabé Kabré, le chef du desk sport de ladite radio, qui a vu en lui une personne talentueuse. « Nous avons eu ensemble à faire des analyses.  Suite à cela, les responsables de la radio m’ont donné la chance d’exercer et depuis 2013, je suis à radio Oméga en tant qu’analyste et consultant sport maison de cette radio », explique-t-il.

band2Abdoulaye Bandaogo, aujourd’hui analyste sportif au compte du média susmentionné, est resté footballeur dans l’âme, même s’il ne joue plus sur un terrain. Il explique que ce sont les commentaires des journalistes et les recherches qu’il effectue lui-même qui lui donnent la matière pour faire ses analyses. « Je suis les différents commentaires des journalistes, les statistiques sur les joueurs des différentes équipes et j’en tire des informations pour mes résumés de match et mes analyses. En  plus de cela, je fais des recherches moi-même à l’aide d’un appareil équipé d’un système TalkBack  échange plus (option d’accessibilité dédiée aux malvoyants, aux malentendants et aux personnes à dextérité réduite d’utiliser l’appareil). Il y a également des ordinateurs adaptés aux handicapés visuels au centre de l’EJA, où je me connecte souvent pour  faire des recherches. Il faut noter qu’ici à Oméga FM, j’ai une excellente collaboration avec mes autres collègues et qu’ils me facilitent la tâche. En effet, la formule ici, c’est ‘’un pour tous, tous pour un’’. Ce qui fait que je n’ai pas de difficultés pour mes recherches et mes analyses », nous confie-t-il.

En matière de conseil aux autres handicapés visuels, l’analyste sportif indique qu’il faut se mettre à l’idée que tout être a un handicap et, surtout, croire en soi-même. Il faut savoir également que la vie ne se limite pas à la perception par la vue. Il faut savoir  confiance en soi. « D’ailleurs un adage dit ceci : ‘’Entre la volonté de bien faire et la capacité d’y parvenir, il y a toujours un fossé. Mais si l’on se donne à fond, on finit par atteindre son objectif, argumente-t-il.

BandA en croire le chef du desk sport de radio Oméga, la collaboration avec M. Bandaogo est excellente. Pour Barnabé Kaboré, « c’est vraiment une collaboration fructueuse ; il faut dire que c’est mon consultant traditionnel et permanent. Il est là régulièrement, que ce soit lors des émissions ou des matchs en direct. Par exemple s’il y a un match au stade du 4-Août ou à l’extérieur du pays que je dois commenter, il est au studio avec un coordonnateur pour faire des analyses pendant les différentes pauses. Pour moi, il a pu surpasser son handicap. Personnellement, je pense que lorsque l’on naît avec ce handicap, on doit faire l’effort de s’adapter. Mais pour quelqu’un comme Abdoulaye Bandaogo qui n’est pas né aveugle, c’est vraiment difficile ; pourtant, il a su se surpasser et il se trouve aussi  qu’il aime vraiment le sport. Il a même joué dans la petite catégorie du Racing club du Kadiogo (RCK). Après ses analyses pertinentes lors de mes émissions, nous continuons à le découvrir tous les jours. On se rend compte que c’est quelqu’un qui se bat, qui essaie de se surpasser, qui s’améliore au fur et à mesure. Car lorsqu’on prend ses émissions de 2015 et celles de 2019, on constate qu’il  prend en compte les critiques ».

Vivement que cet exemple fasse tache d’huile pour que d’autres handicapés visuels emboîtent le pas à Abdoulaye Bandaogo et que les autres entreprises, à l’image de radio Oméga, n’hésitent pas à leur offrir la chance de faire leurs preuves.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes