lundi 4 juillet 2022

MFSNF : Le SYNTAS et le comité CGT-B accusent dame MARCHAL d’abus d’autorité et de détournement de pouvoir

20180813 090229Le torchon brûle à nouveau entre le  Syndicat des travailleurs de l’action sociale (SYNTAS) et  madame Hélène Laurence Marie ILBOUDO/ MARCHAL, ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille. Face à la presse ce lundi 13 août 2018, le SYNTAS soutenu par le comité CGT-B s’insurge contre les velléités du premier responsable de leur département à  remettre en cause les libertés syndicales et à criminaliser leurs luttes pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Et pour parer à ce qu’elles qualifient d’abus d’autorité et de détournement de pouvoir, les deux organisations syndicales ne comptent pas faiblir la lutte.

 

20180412 093324Alors qu’elle est actuellement applaudie par beaucoup pour le courage qu’elle a fait montre en rendant effective l’opération de retrait des femmes et des enfants vivant dans les rues, « maman MARCHAL », est décriée dans sa maison par le Syndicat des travailleurs de l’action sociale (SYNTAS) et  le comité CGT-B sa gestion dite offensive et repressive. Face aux hommes et femmes de médias ce lundi 13 août 2018, ces deux organisations syndicales soutiennent que la ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille fait preuve d’abus d’autorité et de détournement de pouvoir. En effet, pour elles, les dispositions de l’article 161 de la loi 2015-081/CNT portant statut général de la Fonction publique ne permettent pas à dame MARCHAL de suspendre certains agents.  C’est pourquoi, elles estiment que les différents arrêtés de suspension de fonction d’un mois pris à l’encontre de centaines de militantes et militants à l’issu de la grève de 96 h du 27 avril dernier sont illégaux.  Ce qui les convainc que madame Hélène Marie Laurence ILBOUDO/ MARCHALL est fortement dans la dynamique du MPP qui consiste à remettre en causse les libertés syndicales. « Madame Hélène Laurence Marie ILBOUDO/ MARCHAL est  la tête de prou dans la mise en œuvre de la logique implacable du pouvoir MPP qui marque une offensive pour étouffer l’esprit de lutte du peuple qui à l’insurrection populaire en vue de briser et détruire les organisations syndicales et les organisations authentiques du peuple », soutient Juste Koumara LOGOBANA, secrétaire général du SYNTAS.

20180813 090204Pour contrer ce qu’ils qualifient d’une déferlante répressive et de velléités d’étouffer et de faire mourir le syndicat, le SYNTAS et le comité CGT-B, ont encore plus d’un tour dans leur sac. « Une riposte appropriée à la forfaiture sera apportée », foi du SG du SYNTAS. Outre cela, une caisse de solidarité d’urgence en soutien aux militants et militantes suspendus de leur fonction sera mise en place.

Sur la question du processus de retrait des femmes et des enfants dans les rues, le SYNTAS et le comité CGT-B estiment que son mécanisme de mise en œuvre est digne du « plan marchal ». Pour eux, en voulant travailler avec des volontaires dans le cadre de cette opération, madame le ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, impose aux professionnels de  travailler en faisant fie des exigences techniques du terrain. « Nous sommes ici dans un nouveau paradigme au sein de l’administration publique qui impose aux professionnels ne pas se préoccuper des conditions objectives et techniques de l’intervention, mais d’être obligés de suivre comme des moutons de panurge », déplorent-il.

Pourtant, l’on se rappelle que le 9 août dernier, à l’occasion de la dernière réunion avec les différentes équipes intervenant dans le cadre de l’opération, madame le ministre avait souligné qu’elle disposait de peu de moyens (environ 350 millions de francs CFA) pour réussir cette opération qui nécessite l’implication de tous les acteurs. C’est pourquoi, elle a préféré que la décision de prendre part à cette intervention soit volontaire et non imposée. Mais, au regard de certains exigences du terrain, 5000 francs par personne et par jour est prévu pour les équipes de jour et 7500 par personne et par jour pour les équipes de nuit. Pour madame MARCHAL, au regard des contraintes budgétaires, elle devait arbitrer entre augmenter la prise en charge des équipes et mettre les enfants et les femmes dans des conditions acceptables qui puissent garantir leur dignité. Et c’est  face à cette difficile équation que son cœur a battu la chamade pour les personnes en situation de rue.

Quoi qu’il en soit, Juste Koumara LOGOBANA et ses camarades estiment que « maman MARCHAL » fait la promotion de la médiocrité aux dépens du professionnalisme. Toute chose qui les indigne. Acculés donc par l’« abus d’autorité » et le « détournement de pouvoir » de dame MARCHAL,  ils entendent durcir le ton. Par ailleurs, ils estiment que l’unique responsable de cette détérioration du climat est la « maman des désœuvrés » qui au lieu d’apporter des réponses à leur plateforme revendicative s’est engagée dans la répression.

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes