vendredi 5 juin 2020

Suspension des regroupements dans les lieux de culte : Comment les fidèles s’adaptent-ils à cette nouvelle donne ?

pri uneDepuis l’entrée en vigueur de la mesure gouvernementale interdisant les regroupements de plus de 50 personnes, plusieurs responsables des communautés chrétiennes et musulmanes ont pris la décision de suspendre les prières dans les lieux de culte. Ils essaient plus ou moins de s’adapter à ce nouveau contexte afin de limiter la propagation du coronavirus. Radars Info Burkina est allé à la rencontre des communautés chrétiennes et musulmanes pour s’enquérir de leur adaptation à cette situation inédite.

Dans la communauté catholique, les prières et le chemin de croix ont été suspendus mais les fidèles peuvent toujours se rendre individuellement à l’église pour prier. Un responsable de l’administration d’une église catholique qui a requis l’anonymat affirme que les messes sont suspendues.  «Les fidèles catholiques ne peuvent avoir la messe que sur Radio Maria ou sur TV Maria. Il en est de même pour le chemin de croix ». Il ajoute que les messes retransmises sur les ondes de la radio et sur TV Maria sont célébrées par des prêtes et que les fidèles qui ont des catéchistes dans leur quartier peuvent s’adresser à ces derniers en cas de besoin tout en respectant les consignes.

pri 2Dans la communauté musulmane, les prières, même celle du vendredi, ont également été suspendues. Pour El Hadj Mahamoudou Korogo, chargé de communication de la communauté musulmane du Burkina Faso, pour un bon musulman, la prière n’est liée ni au lieu ni à l’emplacement. « Là où nous nous trouvons, si nous sommes bien portants, nous pouvons prier, même en temps de guerre. Une façon pour l’homme de Dieu de dire que la fermeture des mosquées n’est pas une raison pour que les musulmans ne s’acquittent pas de leur prière ». Il précise que dans le Coran, le prophète avait déjà prédit la conduite à tenir en cas d’épidémie. « Dans le Coran, un groupe de musulmans d’un village devaient se rendre à Médine. On a informé le prophète qu’un individu parmi ces musulmans souffrait d’une maladie contagieuse. Le prophète a alors dit à cet individu de rester où il était afin de ne pas contaminer ceux qui étaient à Médine »pri 3Pour lui, cet exemple est similaire à ce qui se passe actuellement au Burkina Faso et dans le reste monde. Les mosquées sont fermées mais à l’heure de la prière, le muezzin rappelle aux fidèles musulmans qu’il est l’heure de prier, dit-il.  Il ajoute que vu leur nombre, il est difficile de faire respecter les consignes, mais ils continuent de sensibiliser les fidèles musulmans à travers leurs radios et télévisions.

A l’église protestante Winner Chapel international de Ouagadougou, c’est le même scénario. L’église est fermée. Selon Dieudonné Compaoré, pasteur et assistant du pasteur national, leurs cultes se font en direct sur les réseaux sociaux en attendant que la situation revienne à la normale. « Les mesures prises par les autorités ne sont pas contre nous. Lorsque nous parlons d’église, il ne s’agit pas du bâtiment mais plutôt des individus qui la constituent. De ce fait, pour apporter un soutien moral aux fidèles, nous faisons nos cultes en direct sur Facebook, Tweeter et Instagram depuis mercredi dernier ». Tous invitent les fidèles chrétiens et musulmans à prier chez eux et à respecter les consignes de prévention du Covid-19.

Elza Nongana (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>