mercredi 19 juin 2024

Journée internationale des droits de la femme : Les femmes burkinabè réfléchissent sur comment être résilientes face à la situation sécuritaire

jrnn uneLe Burkina Faso, à l’instar des autres pays du monde, célèbre ce 8 mars la 163e Journée internationale de la femme. Au regard de la situation sécuritaire difficile que traverse le pays et qui affecte énormément les femmes, celles-ci ont décidé, au travers d’un panel, de réfléchir sur le thème choisi qui est « Crise sécuritaire : quelle stratégie pour une meilleure résilience des femmes ?» Les pistes de solutions recueillies au cours de ce panel seront présentées au chef de l’Etat lors du face-à-face que celui-ci aura avec les 510 femmes leaders venues des différentes communes du pays.

Le Burkina Faso traverse ces dernières années une crise sécuritaire sans précédent, marquée par des attaques récurrentes de populations et de forces de défense et de sécurité. Des attaques qui engendrent des pertes en vies humaines, en ressources et autres moyens d’existence et qui, à la date du 22 février 2020, avaient fait 779 740 déplacés internes dont de nombreux enfants et femmes. Ces femmes dont certaines ont assisté impuissantes à l’exécution de leur mari, frères ou fils n’ont eu d’autre choix que de s’enfuir avec leur progéniture vers des zones plus sûres. Face à cette guerre qui nous a été imposeé par l’ennemi, comment s’adapter et conformer nos habitudes quotidiennes ? jrnn 2Quelles stratégies développer pour atténuer l’impact de la crise sur les communautés  en général et les femmes en particulier ? Pour la ministre de la Femme, de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Marie Laurence Ilboudo/Marshall, mener la réflexion sur la résilience va permettre aux femmes d’échanger entre elles afin de partager leur vécu face à l’insécurité. Elles mèneront également la réflexion sur comment s’adapter à ce défi sécuritaire et amorcer le développement. « Aujourd’hui, nous savons que cette réponse n’est pas seulement armée, elle est aussi humaine et collective. Nous avons donc besoin, en tant que femmes, de réfléchir sur cette thématique et d’outiller chaque femme afin qu’à leur retour dans leurs zones, tout ce qui sera décidé aujourd’hui soit mis en pratique car plus les femmes sont résilientes, plus les sociétés sont stables », a affirmé Marie Laurence Ilboudo/Marshall.

Le panel s’est articulé autour de deux communications. La première a eu pour thème « Défis sécuritaires : état des lieux, défis et perspectives ». La deuxième communication, elle, a porté sur le rôle des communautés.

Armelle Ouédraogo

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes