samedi 15 juin 2024

Hygiène publique : Les Ouagavillois face à l’insuffisance des poubelles publiques

hyg uneLes rues de la capitale burkinabè connaissent un déficit de poubelles pour le dépôt des ordures.  Une situation dont les conséquences sont visibles, puisque aussitôt balayées par la Brigade verte, plusieurs rues se recouvrent de sachets d’eau et autres ordures des riverains. Certains trottoirs et coins de rue sont même transformés en dépotoirs. Le plus regrettable, c’est que tout cela se retrouve dans les caniveaux qui sont bouchés par les déchets de la ville, faute de poubelles. Radars Info Burkina s’est intéressé à l’insuffisance et à l’absence de poubelles dans la ville de Ouagadougou ainsi qu’aux conséquences de cette situation.

On a beau critiquer l’incivisme des populations de la ville Ouagadougou qui jettent et déposent anarchiquement les déchets dans les rue, tant qu’il n’y aura de poubelles adéquates en nombre, ce constat sera toujours d’actualité. En effet, quand on arpente les grandes voies des villes, c’est à peine si on trouve des poubelles publiques où l’on peut jeter le sachet d’eau qu’on voit de vider. Et ce, même dans des quartiers dits résidentiels, des marchés ainsi que des lieux et places publics.

« Je n’ai jamais compris  qu’une grande ville comme Ouagadougou n’ait pas suffisamment de poubelles. Souvent on se balade avec des sachets d’eau vides et des peaux de banane à la recherche de poubelles dans la ville, en vain. Parfois on est obligé de les jeter dans les poubelles privées si on en  trouve ou faire comme tout le monde», nous confie Salimata Ouattara. 

Les plus impatients, quant à eux, ne se donnent pas la peine de chercher des poubelles dans les rues. Ils jettent tout bonnement leurs ordures où bon leur semble. «  Je ne vais quand même pas me promener avec des ordures dans la main ou dans mon sac comme un fou. Je pense que  les mairies ont un budget pour ça. Si elles n’achètent pas de poubelles, elles vont devoir ramasser les déchets par terre», nous confie Ali Zongo, un jeune étudiant.

Contactées à plusieurs reprises, les autorités municipales ont annoncé plusieurs travaux d’embellissement de la capitale burkinabè.

hyg 2

 C’est en tout cas ce que nous a confié le premier adjoint au maire de la capitale burkinabè, Moussa Belem. Ces travaux, à l’en croire, impliquent l’entretien des caniveaux, le renforcement de la ceinture verte ainsi que l’entretien et le balayage des ronds-points  et des rues de la ville.

Les conséquences de l’insuffisance et de l’absence des poubelles publiques dans les rues de Ouagadougou, dans les espaces publics de meeting et spectacles sont visibles. On voit des rues et des jardins jonchés de sachets et de bidons d’eau qui attendent d’être conduits dans des caniveaux. Des Ouagavillois ont déjà vécu des inondations qui sont dues aux caniveaux bouchés par des ordures jetées anarchiquement.

Des caniveaux bouchés engendrent naturellement des inondations et les exemples illustratifs à ce propos sont légion. Plusieurs voix se sont élevées pour appeler à la protection et au curage des canaux d’évacuation des eaux. Un effort vain, puisque aussitôt curés, ils sont de nouveau remplis de déchets, tout comme la Brigade verte qui s'échine à balayer des rues pour les revoir se transformer en dépotoirs sous leur regard avant même  qu’elle ait fini. Si l’insuffisance de poubelles ne le justifie pas, elle l’explique en partie.

La question, c'est à quoi servent le travail de la Brigade verte qui balaie matinalement les rues ainsi que le curage des caniveaux si les rues de la ville ne disposent pas de poubelles publiques.

Péma Néya

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes