mardi 18 juin 2024

Difficultés de payement des impôts et taxes au Burkina Faso : Est-ce réellement un problème de connexion ou plutôt une grève voilée ?

IMPOTSDepuis un certain temps, payer ses impôts au Burkina Faso est un parcours du combattant pour les contribuables volontaires. Manque de connexion et de monnaie sont, entre autres, les raisons avancées par les agents des impôts pour fermer les guichets de payement.

« Soulagez la souffrance des contribuables pour leur faciliter le passage dans vos services pour le payement des impôts et taxes, car payer ses impôts ces temps-ci relève du parcours du combattant : problème de connexion, manque de monnaie, conditions d’attente pitoyables bloquant certains contribuables plusieurs jours et des va-et-vient interminables ». C’est là le cri du cœur d’un entrepreneur de la place adressé au ministre des Finances, Lassané Kaboré, et au directeur régional des Impôts du Centre, Jean Paul Galbani. Pour cet entrepreneur, le mérite revient surtout aux entrepreneurs qui créent les richesses sur lesquelles est prélevé l’impôt et non aux collecteurs d’impôt .

Le directeur général de la société John multiservices, Jean Kientéga, raconte : « J’ai plusieurs fois fait le pied de grue au niveau des guichets sans pouvoir payer le même jour. Chaque fois c’est le même refrain : ‘’il n’y a pas de connexion’’ ».

Selon le témoignage de ces entrepreneurs, pour pouvoir payer il y en a qui s’alignent devant les guichets dès 5h du matin pour voir les bureaux s’ouvrir à partir de 08h. Et très souvent, c’est à partir de 12h que les guichets se referment, faute de de connexion, à en croire les agents.

Pour Moussa Zongo, agent de recouvrement de l’entreprise Zongo et frères, « ces problèmes de connexion en n’en point finir ne nous convainquent pas. Nous pensons que c’est en réalité une grève qui ne dit pas son nom. Quand on prend le cas de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS), dont la date limite de payement est le 10 du mois, il faut, dès le 1er, démarrer les courses pour cela. Si non après cette date, il est appliqué une pénalité de 100% ». Cet agent de recouvrement pense que cette méthode devra être revue car le payement des taxes et impôts ne devrait pas constituer une difficulté pour le contribuable.

IMPOTS 2Lors du point de presse du chef de file de l’opposition politique burkinabè le 19 mars dernier, les conférenciers faisaient état de prémices d’une nouvelle crise au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement. Pour eux, le vote de la loi plafonnant le fonds commun devrait clore le débat sur cette question et taire les remous dans ce département ministériel. Selon les conférenciers du jour du CFOP, un document anonyme repris par certains medias demanderait la suspension d’activités dans les démembrements du ministère.

Sans être dans le secret des dieux, considérant que ce que dit l’opposition est avéré, pourrait-on conclure que ces prémices de mouvement d’humeur ont un lien avec le plafonnement du fonds commun ?

Si l’on considère que la loi plafonnant le fonds commun indique qu’il sera indexé aux pénalités dues aux retards de payement et ce à partir de janvier 2019, on se pose la question de savoir si le problème de connexion qui revient de manière récurrente n’est pas une des conséquences de cette décision. Autrement dit, n’est-ce pas une grève voilée pour protester contre cette loi de plafonnement ?

En tout état de cause, le dialogue doit être privilégié et c’est l’intérêt supérieur de la nation doit primer sur celui des individus.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes