mardi 18 juin 2024

Corps habillés féminins : Ce que dit la loi à propos des grossesses

fliquettesL’égalité de droits entre l’homme et la femme, c’est ce que prônent les structures de défense des droits humains. C’est à ce titre que des métiers à l’origine réservés aux hommes ont été rendus accessibles aux femmes. Au Burkina Faso, cela se constate au niveau des Forces armées nationales et de la police nationale. Il se trouve que cette ouverture s’est accompagnée d’une discrimination qui, à notre entendement, est négative car lésant la gent féminine dans certains de ses droits.

Selon l’article 15 du règlement général des forces armées de 2016, « le personnel féminin est tenu de ne pas contracter une grossesse avant les délais prescrits pour l’autorisation de mariage. En cas de non-respect de cette disposition, la contrevenante est rayée des contrôles ou des cadres des Forces armées nationales ».  A sa suite, l’article 121 dispose que le personnel militaire de sexe féminin qui contracte une grossesse pendant une formation initiale est radié des Forces armées nationales et si cela survient pendant une formation continue, l’intéressée est ajournée du stage si elle remplit les conditions édictées à l’article 15 de la présente loi, c’est-à-dire si elle a épuisé son temps de célibat. Au titre du mariage, il est inscrit, entre autres, que le temps à servir avant le mariage est de 4 ans de service effectif pour les militaires du rang, d’1 an pour les élèves sous-officiers d’active après leur nomination au grade de sergent ou maréchal des logis et sans délai pour les officiers. Par ailleurs, le mariage entre personnels militaires de catégories différentes est interdit.

Au niveau du règlement général de la police nationale, il y a des textes du même genre qui lèsent la fonctionnaire de police en cas de grossesse dans certaines conditions. Ainsi, l’association des fonctionnaires féminins de la police nationale estime  qu’une fois la formation militaire achevée,  la spécificité de la femme devrait être prise en compte pour que celle-ci conserve son métier. Pour les membres de l’association, la sécurité, qui constitue leur mission régalienne, a plusieurs dimensions. habillees uneIl y a le volet renseignement, celui de la prise en charge des victimes et bien d’autres dont l’accomplissement ne requiert pas l’usage de la force physique. Par conséquent, celles-ci estiment que les femmes dans cet état pourraient  agir à ce niveau avec  efficacité.  

Pour ce qui est des Forces armées nationales, si des faveurs sont données aux militaires féminins officiers, il serait judicieux à notre avis que cela le soit pour tous. Si l’on estime la durée de formation des militaires du rang à deux ans, l’on pourrait en déduire qu’il faut, pour ces personnes, au moins 6 ans après l’entame de leur formation pour pouvoir prétendre avoir un enfant. Dans nos réalités culturelles où les allégations vont bon train autour des femmes pratiquant ce métier, cette mesure vient diminuer les possibilités pour celles-ci de fonder un foyer.  La cérémonie commémorative de la Journée du 8-Mars dernier s’est penchée sur la contribution de la femme à la sécurité du pays et nous pensons que la femme, quelle que soit sa position, devrait être elle-même sécurisée pour mieux contribuer à la sécurisation du pays.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes