samedi 15 juin 2024

Hommage à Thomas Sankara : Le père de la révolution burkinabè vivant plus que jamais à travers une statue géante

sank uneLa statue géante du président Thomas Sankara, leader de la révolution burkinabè, et les bustes de ses douze compagnons d’infortune ainsi que la maquette de l'œuvre architecturale du monument qui lui est dédié ont été dévoilés ce samedi 2 mars 2019 au sein du Conseil de l’entente, lieu qui a vu Tom Sank et ses compagnons tomber les mains nues le jeudi 15 octobre 1987. Tel un phénix, l’étoile de la révolution d’août 1983, l’espoir de toute une génération, renaît ainsi de ses cendres, 32 ans après sa mort, là où elle s’était éteinte, à travers cette statue érigée. Un site qui va aussi abriter le Mémorial Thomas Sankara, projet porté par le comité international Thomas Sankara et soutenu par tout un peuple avec à sa tête le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui, avec à ses côtés l’ex-président ghanéen Jerry Rawlings, a présidé cette cérémonie qui immortalise le héros.

C'est une statue géante de 5 mètres en ronde bosse, symbolisant le capitaine Thomas Sankara, entièrement réalisée en bronze patinée à partir de la technique de la cire perdue qui a été présentée au public venu nombreux pour vivre la deuxième renaissance de son héros. La statue est montée sur un socle en béton de trois mètres de haut en forme pyramidale à quatre faces comportant sur chacune de ses quatre faces trois des douze bustes en haut-relief symbolisant les douze camarades fauchés avec le capitaine Thomas Sankara.

Erigée en plein cœur du Conseil de l’entente, lieu où Thomas Sankara et ses douze compagnons d’infortune ont été assassinés, cette statue représente la victoire de la vie sur la mort. Comme le disait le leader de la révolution, « tuez-moi et des milliers de Sankara naîtront ». Aujourd’hui, ce sont des millions de Sankara qui sont nés, cherchant à perpétuer la mémoire de leur héros et à permettre que la flamme de l’espoir et de la liberté  qu’il a allumée reste à jamais vivace.

A travers le projet de construction du mémorial Thomas dont l’érection de cette statue est le début de la concrétisation, le comité international qui porte le projet entend faire renaître le panafricaniste, l’anti-impérialiste conséquent, le patriote sincère et le héros ainsi que l’espoir de tout un continent, le capitaine Thomas Sankara, assassiné alors qu’il insufflait le changement de mentalité. Tout en informant les générations présentes et futures sur l’héritage politique de la révolution et les idées de développement endogènes de l’homme, ce monument de Thomas Sankara sensibilise et éduque le public au combat qu’il a mené toute sa vie. « Ce mémorial a pour but aussi d’offrir à la jeunesse un cadre d’études et de recherche en vue d’élever sa conscience politique et de susciter un meilleur engagement de sa part dans l’action de construction du présent et de l’avenir », a noté le colonel Bernard Sanou, président du comité international du mémorial Thomas Sankara.

Pour lui, ce monument permettra en tout temps de rendre hommage à Thomas Sankara qui a impacté sa génération et la vision de tout un continent. Erigée là où il est tombé le jeudi 15 octobre 1987 et démystifiant ce lieu macabre en refermant cette page sombre, car ses idées et la flamme qu'il a su allumer sont toujours vivaces dans le cœur des Burkinabè et des Africains. Thomas Sankara, pour lui, n'est pas mort, il renaît aujourd'hui, au grand dam de ses bourreaux.  « Le site du Conseil de l’entente a été retenu au regard de son caractère fortement symbolique. Il apparaît à toute évidence psychosociale et politique l’endroit le plus parlant, le plus chargé d’histoire concernant la révolution burkinabè. Il reste historiquement le foyer de la révolution burkinabè, son épicentre, un espace où poussaient les espoirs des opprimés. Si ce site a cédé à cette falsification du rôle important dont il a été investi sous le CNR, l’image de Sankara permettra de laver toutes les souillures des horreurs qui y ont été commises. Il ne doit pas être hanté et craint par les citoyens et mérite de devenir un lieu populaire pour dire que le peuple a triomphé des tortures, des assassinats, des pleurs, des angoisses et lamentations et a recouvert son statut d’antan », a expliqué le colonel Sanou, avant d’ajouter : « Thomas Sankara lui-même disait : «’’Là où s’abat le désespoir, s’élève la victoire des persévérants’’, nous disons à notre tour que ‘’là où Sankara a été tué, c’est là où il faut le faire renaître ».

Pour le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, par ailleurs coparrain de la présente cérémonie de découverte du monument hommage à Thomas Sankara, le capitaine Thomas Sankara restera à jamais un symbole de l'espoir des peuples africains de par ses œuvres et ses actions pour une Afrique plus digne et plus prospère. A la suite du président du comité international du mémorial Thomas Sankara, Abdoul Karim Sango note que le père de la révolution, à travers, ce monument vivra à jamais.

sank 2A cette cérémonie d’hommage au père de la révolution, la maquette de l'œuvre architecturale du monument Thomas Sankara a été aussi présentée aux personnalités présentes et aux combattants de la liberté. S’inscrivant dans un plan urbain d’aménagement de la ceinture verte de Ouagadougou, la première étape du projet sera l’implantation d’un grand parc public sur le site du Conseil de l’entente, un poumon vert pour la ville selon les initiateurs du projet. En son cœur, sera dressé un parcours circulaire, « le chemin de la révolution », sous lequel sont disposées les diverses fonctions du programme. Cette structure constitue une grande promenade surélevée. En la parcourant, le visiteur découvre les idéaux de la révolution de 1983 à travers un cheminement divisé en thématiques. Au-dessus de cette promenade s’élance la tour Sankara. D’une hauteur de 87 m, elle symbolise l’avant-garde, l’audace et la rupture dont a fait preuve Sankara et que devra manifester la population burkinabè pour un avenir radieux. Au sommet de la tour, un grand belvédère qui offre une vue sur toute la ville. Mais pour y arriver, le visiteur devra dominer le parcours difficile et périlleux de l’ascension.

Les plus hautes  autorités du pays étaient présentes à cette immortalisation de celui-là qui, au prix de sa vie, a tracé les sillons de la liberté et d’un développement harmonieux. En compagnie de l’ex-président ghanéen Jerry Rawlings, grand ami du père de la révolution burkinabè, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, s’est incliné devant la mémoire du héros de la génération passée, de celles présente et à venir. Ils ont sacrifié au traditionnel dépôt de gerbes devant le bâtiment où Thomas Sankara et de ses compagnons sont tombés le jeudi 15 octobre 1987 vers 16h.

En rappel, en plus du président Thomas Sankara, Paulin Bamouni, Abdoul Gouem, Der Somda, Walilaye Ouédraogo, Emmanuel Bationo, Bonaventure Compaoré, Christophe Saba, Sibiri Patrice Zagré, Noufou Sawadogo, Hamadou Sawadougou, Patenema Soré et Fréderic Kiemdé ont été arrachés, un certain 15 octobre 1987, à l’affection de leur famille et de tout un peuple.

Il faut noter que cette statue du capitaine Thomas Sankara a été entièrement réalisée au Burkina Faso par une équipe de 57 personnes sans aucune expertise extérieure. La hauteur finale de l’œuvre qui immortalise l’homme est de huit mètres.

Candys Solange Pilabré/Yaro, Edwige Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes