vendredi 10 avril 2020

Election présidentielle de novembre 2020 : « Je ne vois pas comment il pourrait y avoir une candidature unique de l’opposition », Me Apollinaire Kyelem de Tambèla

opp uneUn accord politique des partis de l’opposition en gestation pour les élections couplées du 22 novembre 2020. Selon l’opposition politique burkinabè, cet accord, qui sera finalisé et rendu public en temps opportun, envisage d’associer « toutes les forces de progrès et d’alternance qui veulent que notre pays tourne définitivement la page du règne du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ». Pour savoir quelle est l’opportunité d’une éventuelle candidature unique de l’opposition à la présidentielle, d’une part, et quelle en est la faisabilité, d’autre part, Radars Info Burkina a rencontré Me Apollinaire Kyelem de Tambèla, avocat et directeur du Centre de recherches internationales et stratégiques (CRIS).

«Nous travaillons aujourd’hui à avoir tout ce qui peut nous amener à conquérir le pouvoir le 22 novembre 2020. Candidature unique ou multiple ? Dans tous les cas, nous allons prendre toutes les dispositions qui vont permettre que l’opposition sorte victorieuse. On a pris le temps de mettre en place une commission qui est au travail actuellement », a confié Yumanli Lompo, président du Parti national des Démocrates sociaux (PNDS) lors d’un point de presse hebdomadaire de l’opposition politique.

Pour Me Apollinaire Kyelem de Tambèla, comme tout parti politique aspire au pouvoir, c’est à l’opposition politique de définir ses stratégies pour savoir comment elle peut arriver au pouvoir. «Certains susurrent que Roch Marc Christian  Kaboré a des chances d’être réélu dès le premier tour. Si on se fie à cette thèse, l’opposition, si elle va en rangs dispersés, va favoriser ce scénario. Donc si elle veut empêcher cela, elle a intérêt à adopter le principe de la candidature unique pour y faire contrepoids. Autrement, si elle part en rangs dispersés aux élections, le scénario de 2015 pourrait se reproduire », a-t-il expliqué.

oppp 2Quant à la question de la faisabilité d’une candidature unique, l’avocat « n’est pas  certain de cela ».  Selon lui, chacun a des ambitions. « Je ne vois pas comment Zéphirin Diabré accepterait de s’effacer devant quelqu’un comme Eddie Komboïgo, Kadré Désiré Ouédraogo, Tahirou Barry ou encore Gilbert Noël Ouédraogo. Et je ne vois pas non plu comment Kadré Désiré Ouédraogo va accepter de s’effacer devant Zéphirin Diabré ou bien Eddie Komboïgo. En outre, je ne vois pas comment non plus Eddie Komboïgo va accepter de s’effacer devant Kadré Désiré Ouédraogo, Zéphirin Diabré ou Tahirou Barry », a argumenté l’avocat.

Il a poursuivi en rappelant la guéguerre au sein du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). « Entre Kadré et Komboïgo, personne ne veut s’effacer devant l’autre. Les ambitions sont certaines de part et d’autre, chacun croit en ses chances. Et donc opter pour une candidature unique, c’est d’office éliminer ses chances de succès. Sans oublier qu’au sein de l’opposition, il y a une lutte de représentativité. Donc si chacun y va dès le premier tour pour son propre compte, cela permet de savoir quel est le poids électoral de chacun. Donc les ambitions sont telles que je ne vois pas comment il pourrait y avoir une candidature unique de l’opposition », a conclu l’homme de droit.

Aly Tinto

 

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>