lundi 10 août 2020

Musique live : Quel apport à la qualité de la musique burkinabè ?

livAutrefois le seul moyen d’enregistrement des œuvres musicales quand on voulait sortir un album, la musique live, avec les avancées technologiques, est maintenant reléguée au second plan. De nos jours en effet, ce sont les logiciels de musique dans les « home studios » qui  font le travail. Cet état de fait, selon des anciens, rend certaines œuvres musicales insipides. Pour y remédier, le Festival de la musique live de Gounghin (FEMULIG) a vu le jour. Cet évènementiel a pour objectifs de permettre aux jeunes artistes musiciens de montrer leur savoir-faire pour les uns et de renforcer leurs capacités pour les autres.

Débuté le vendredi 29 novembre 2019 sur l’esplanade  du stade du 4-Août, le Festival de la musique live de Gounghin (FEMULIG) a dressé un podium, cadre d’expression pour les artistes musiciens instrumentistes et chanteurs. Outre cela, des masters class en instruments, des conférences sur le professionnalisme de ce secteur se tiennent au profit des instrumentistes. 

Pour des musiciens responsables de l’administration musicale comme Seidou Zongo, dit Zedess, l’orchestre est un lieu de formation pratique ; il est également un lieu du donner et du recevoir. Pour lui, après avoir passé un temps à l’orchestre de l’université de Ouagadougou, il reconnaît les bienfaits d’un cadre musical comme l’orchestre. Dans cet orchestre, il a commencé par le chant, ensuite il est passé à la percussion pour terminer à la batterie. Ce schéma, selon lui, lui a été bénéfique dans sa carrière musicale.

A la question de savoir quels sont les talents que peut développer un musicien dans le jeu du live, Léon Dah répond qu’il y a plusieurs  bénéfices à tirer parmi lesquels on peut citer «  le développement de l’oreille musicale et le doigté des instrumentistes. En matière de risques, le professeur de musique indique que l’interprétation des chants, bien que cela soit formateur, peut jouer sur les talents du musicien interprète qui pourrait tendre vers le plagiat inconscient des titres d’autres artistes musiciens qu’il interprète.

Pour la promotion de la musique live, Zedess propose que les instrumentistes revoient à la baisse les cachets qu’ils demandent aux artistes musiciens. Selon lui, c’est parce que ces cachets sont souvent élevés que certains artistes musiciens chanteurs sont obligés de faire du play-back pendant leurs spectacles.

Pendant ces 72h que durera le  FEMULIG, musiciens instrumentistes et chanteurs auront l’opportunité de se produire au grand plaisir de leurs mélomanes tous les soirs à partir de 18h. Ce festival, qui se tient sous l’égide du groupe musical le Levain, a pour thème « La valorisation de la musique live, facteur de développement ». Vivement que ce festival soit une occasion du donner et du recevoir pour que la musique burkinabè soit de meilleure qualité.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>