samedi 22 juin 2024

Culture au Burkina : L’événementiel à l’épreuve de la nébuleuse terroriste

terrrorisme uneLe Burkina Faso, pays des hommes intègres, est connu pour sa richesse en événements socioculturels. Compte tenu de la montée du terrorisme dans différentes régions du pays ces dernières années, ce secteur est réellement mis à mal. Pour qu’un événement se déroule dans des conditions de sûreté optimales, la prise en compte du risque terroriste est désormais nécessaire.

Les évènements socioculturels sont un maillon fort de la cohésion et de l’harmonie au Burkina Faso. La montée en puissance du terrorisme au Burkina Faso n’est pas sans conséquence sur ce secteur d’activité. En effet, les rassemblements publics sont devenus des cibles de prédilection des groupes terroristes. Il y a lieu de trouver des solutions pour renforcer la sûreté des événements.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), la Semaine nationale de la culture (SNC), les Kundé, l’élection Miss Burkina, les concerts, etc., sont autant d’événements qui regroupent des milliers de participants venus de divers horizons. Les organisateurs d’événements sont confrontés à des enjeux complexes et inattendus et plus coûteux. Il faut impérativement renforcer les mesures de sécurité pour garantir le bon déroulement de l’événement.

Détecteurs de métaux, multiplication des dispositifs de surveillance et de contrôle, fouilles ou interdictions des sacs, présence des forces de l’ordre sont autant de mesures aujourd’hui indispensables afin de lutter contre le risque terroriste lors de grands rassemblements dans les villes.

terrorisme 2« La difficulté majeure d’organiser des évènements dans ce contexte de terrorisme est d’ordre financier. En effet, le dispositif sécuritaire, bien que relativement coûteux, est nécessaire au bon  déroulement des événements », confie Bama, organisateur d’événements culturels. De l’avis d’Ousmane Kaboré, homme de culture, « le terrorisme a beaucoup freiné l’événementiel au Burkina Faso. En plus du dispositif sécuritaire qui n’est pas donné pour les organisateurs, le contexte même démotive certains spectateurs », déplore-t-il.

« Lors de manifestations populaires comme le SIAO par exemple, beaucoup de personnes refusent de faire le déplacement à cause des longues files induites par les contrôles de sécurité. Cela joue même sur l’engouement dans les stands, les commerçants se plaignent que ça ne marche pas. C’est le même constat à la SNC et à d’autres évènements », indique Soumaïla, un participant au SIAO. A l’inverse, M. Bama, organisateur d’événements, pense que ces mesures de sécurité réconfortent les spectateurs et les participants et les encouragent à prendre part aux manifestations culturelles. « Cela motive la population à participer, parce que quand tu participes à un événement où il n’y a aucune mesure de sécurité, c’est là qu’il faut avoir des craintes », affirme-t-il.

Toute chose qui semble porter ses fruits, dans la mesure où les événements organisés se sont jusque-là déroulés dans la sérénité, la sécurité et la paix, des conditions essentielles pour leur tenue et leur réussite.

Edwige Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes