jeudi 13 juin 2024

Nouvelles taxes pour soutenir la lutte antiterroriste : Une mesure appréciée à sa juste valeur par la LCB

aalaligue 2Annoncées le mercredi 19 juillet par le ministre burkinabè de lEconomie, les nouvelles taxes sur les services de téléphonie, sur le réabonnement auprès des opérateurs de télévisions privées et sur la cession des terrains hors lotissement sont effectivement entrées en vigueur le jeudi 20 juillet 2023. Comment cette nouvelle est-elle appréciée des citoyens burkinabè ? Que dit la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) ? Une équipe de Radars Burkina est allée à leur rencontre.

L’objectif du gouvernement, à travers l’institution de ces nouvelles taxes, est de soutenir la lutte contre le terrorisme. Ainsi, nombreux sont les Burkinabè qui accueillent favorablement ces augmentations. « Si c’est ce qu'il faut consentir comme sacrifices pour que notre Faso reste debout, nous sommes d'accord », soutient Irénée Konombo de la LCB. Mieux, d’après lui, « si certains (FDS, VDP) arrivent à donner leur vie, ce n’est pas cette contribution que nous ne pouvons pas donner. Tout ce qui peut contribuer à cette lutte est le bienvenu », a-t-il poursuivi. M. Konombo dit être prêt à tout pour que notre pays recouvre son intégrité territoriale et son souhait est que le gouvernement puisse acquérir une cinquantaine d'hélicoptères de combat.

Cependant, ces taxes sont un coup de massue pour certains Burkinabè. Pour ce citoyen ayant requis l’anonymat, trop de taxes incitent à la non-consommation. « Nul n'est contre les taxes. Mais est-ce que le gouvernement mesure le niveau de vie chère que vivent actuellement les Burkinabè ? » peste-t-il. Et de poursuivre que « le gouvernement doit vraiment accélérer les mesures de restauration, sinon c'est très dur aussi pour les citoyens qui sont, de jour en jour, frappés par la vie chère ». Par ailleurs, il invite les autorités à proposer des « projets de relance de notre économie ».

aalaligue uneSelon le président de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB), lorsqu’il s’agit d’opérations allant dans le sens de la sécurisation du territoire, la question est très délicate. Et à ce titre, « nous ne nous opposons pas à ces augmentations, nous apprécions la mesure à sa juste valeur ».

Cependant, dit-il, il y a des conditions dont la première est de s’assurer que l’argent qui sera prélevé servira effectivement à l’effort de guerre et que les dispositions seront prises afin qu’il y ait une utilisation transparente et rationnelle de cet argent.

Toujours selon lui, même s’il faut prélever de l’argent, il faudrait aussi s’assurer que le consommateur peut effectivement donner cet argent car cette récente mesure va limiter les appels. Elle va impacter le pouvoir d’achat qui, de plus en plus, est faible au regard des multiples augmentations des prix des produits de façon générale.

« Donc, s’il faut augmenter les tarifs pour le consommateur, il faudrait que l’Etat veille aussi à ce que sur le terrain, les gens n’augmentent pas tous azimuts les prix des produits », a ajouté M. Konombo.

En ce qui concerne particulièrement les taxes sur les services de téléphonie, Dasmané Traoré affirme que c’est un coup de massue, d’autant plus que l’on ne s’y attendait pas. « Pendant que nous demandons que les opérateurs de téléphonie mobile baissent leurs tarifs, on leur impose de les augmenter », a-t-il déploré. Pour lui, les dés sont jetés et il faut rebattre les cartes pour voir sous quel angle on va encore « aller à l’assaut des opérateurs pour naturellement leur demander d’accorder un minimum de faveurs aux consommateurs ». « Nous sommes dans cette dynamique, nous n’allons pas baisser les bras », a-t-il martelé.

Flora Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes