vendredi 3 février 2023

Sourou : A Tougan, un pas de plus dans le besoin humanitaire

sourou uneLa province du Sourou est caractérisée, depuis décembre 2022, par une nouvelle vague de déplacement de sa population. Les déplacés internes des villages de Bassan, Djiara, Kouy, Mora  petit, Dissi, etc.,  ont ainsi trouvé refuge dans la ville de Tougan. La raison ? Un ultimatum de déguerpissement a été lancé auxdites populations par des individus armés. S’en est donc suivi un exode forcé de la population qui a eu pour conséquence d’accroître le nombre de déplacés internes dans cette ville, déjà confrontée à un problème de prise en charge de ces personnes vulnérables.

Même si elles espèrent pouvoir repartir chez elles dans les prochains jours, en attendant, que faire face à leurs nouvelles conditions de vie à Tougan ? Tel est le souci majeur actuel de ces personnes déplacées internes qui y ont trouvé refuge. Leurs nouveaux hôtes, ainsi que les autorités de la province du Sourou se posent aussi cette question. Face à cette regrettable situation, le haut-commissaire du Sourou a plaidé la cause de ces personnes vulnérables lors d’un don des commerçants de ladite province le 10 janvier 2023. Salif Traoré a dépeint la situation qui prévaut et les dures conditions de ces personnes déplacées internes. « Au cours de mes visites, j’ai constaté que des populations vivent dans le désarroi. Elles sont sans abri et vivent dans des conditions d’hygiène et d’assainissement très déplorables. En somme, elles sont dans une situation de perte de dignité », a déploré le haut-commissaire.

sourou 2Un habitant de la ville ayant requis l’anonymat, pour des raisons évidentes de sécurité, révèle que les conditions de ces déplacés internes sont difficiles. « Dès les premiers jours de leur arrivée, les foyers qui étaient les tuteurs des élèves ont dû accepter d’accueillir leurs familles aussi chez eux ; une prise en charge inattendue s’installe alors dans ces familles. Ceux qui n’ont pas de logeurs sont laissés à leur propre sort ; ils ne sont à l’abri de rien. Un site n’a pas été véritablement désigné pour les abriter, ils sont disséminés dans la ville. Globalement, ils sont confrontés à des problèmes de nourriture et de médicaments. Des associations humanitaires de la place et des opérateurs économiques récemment ont volé à leur secours mais j’avoue que cela est très minime, vu le nombre important de déplacés », déplore-t-il.

Il a ajouté que les voyages sont temporairement arrêtés en raison de l’insécurité. Conséquence, plusieurs élèves et enseignants sont absents des salles de classe, faute de ne pouvoir retourner dans leurs zones.

Autre fait notable, de nombreux enseignants et élèves venus passer les congés de Noël à Ouagadougou y sont toujours bloqués, eu égard à la dangérosité de la route. C’est le cas d’Issa Paré (nom d’emprunt), obligé de patienter dans la capitale en espérant une amélioration de la situation. Il précise que rien qu’avant-hier, d’après des sources locales, on ne pouvait ni sortir de la ville de Tougan, ni s’y rendre.

La commune de Tougan, chef-lieu de la province du Sourou, dans la région de la Boucle du Mouhoun, est réputée pour sa forte productivité agricole.

Modou Traoré (stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes