vendredi 3 février 2023

Justice : Il se tapait près de 30 000 FCFA par jour en vendant de la drogue

chanvreindienB.J., quadragénaire, a comparu ce 10 janvier 2023  à Ouagadougou, devant la chambre correctionnelle, pour cession illicite et consommation de drogues. Ayant été reconnu coupable, l’accusé a écopé de 24 mois de prison ferme et d’une amende d’un million de francs CFA avec sursis. Il a, en outre, été condamné aux dépens.

Il ressort de l’audience que les faits remontent au  22 décembre 2022, où B.J. a été interpellé à Ouagadougou au centre-ville, aux encablures de la mosquée sunnite. Selon le parquet, c’est suite à une dénonciation auprès de la brigade anti-drogue que cette unité a procédé à son interpellation, après des investigations. Lors de son arrestation, le mis en cause s’est débarrassé d’un sachet. Après vérification, il est ressorti que ce sachet contenait 51 doses d’héroïne et 21 doses de cannabis.

Cependant à la barre, le prévenu a nié les faits. C’est ainsi que le procureur lui a rappelé qu’il avait pourtant reconnu les faits qui lui étaient reprochés lors de son interrogatoire. « Dans sa déclaration, il a reconnu qu’il prenait de la drogue depuis 2015 et même qu’il en vendait. Il a dit qu’il pouvait se taper par jour 30 000  à 40 000 FCFA », a notifié le juge.

Après ce rappel, le procureur a interrogé le prévenu : « Pourquoi vous niez  les faits devant la chambre correctionnelle, alors que vous les aviez reconnus lors de votre déposition ?» Et celui-ci de répondre : « C’est parce qu’on m’avait frappé et que j’avais peur qu’on me chicotte davantage ».

Visiblement pas du tout convaincu par les arguments de B.J., le procureur a requis contre ce dernier 24 mois de prison, dont 12 ferme, et une amende d’un million de francs CFA avec sursis. En définitive, le tribunal, après délibération, l’a déclaré coupable et condamné à une peine d’emprisonnement de 24 mois ferme et  à une amende d’un million de francs CFA avec sursis. Il l’a, en outre, condamné aux dépens.

Il est important de relever que le Burkina Faso est en train de devenir une plaque tournante  de la drogue. Ces dernières années, le Faso est ainsi passé du statut de pays de transit à celui de zone de production et de consommation massive de drogue. Courant mai 2022, par exemple, une saisie record de 115,158 kg de cocaïne en provenance de Sierra Leone  et à destination du Ghana a été effectuée à Bobo-Dioulasso. En 2017, la seule ville de Ouagadougou a enregistré 782 patients pris en charge pour consommation de drogue, selon des sources sanitaires.

Malgré les efforts des autorités nationales, cette situation semble empirer, avec pour corollaires la délinquance juvénile et la dépravation des mœurs dans les villes.

Flora Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes