dimanche 4 décembre 2022

Radars au Tribunal : Venus assister au procès de leur fils, ils reçoivent une convocation du procureur pour avoir applaudi dans la salle d’audience

triialI.N., âgé de 24 ans, est accusé d’avoir soustrait frauduleusement la somme de 75 mille francs, une moto et quatre téléphones au domicile de M. Ouédraogo. Il a déposé la moto volée chez l’un de ses amis du nom d’A.D. pendant plusieurs jours. Cet ami et lui ont comparu ce jour 27 septembre 2022 devant le Tribunal de grande instance Ouaga II. I.N. a été condamné à  36 mois de prison, dont 18 ferme, et à une amende de 500 mille francs assortie de sursis. A.D., lui, a relâché pour infraction non constituée. La salle d’audience s’est donc mise à résonner au son des applaudissements des parents de I.N. qui manifestaient leur joie. Ceux-ci ont été immédiatement repris par le tribunal qui les a confiés au procureur, lequel a rappelé à l’auditoire les règles du tribunal. Ils ont été également convoqués à se présenter devant le parquetier.

I.N., à la barre ce 27 septembre 2022, est accusé de vol de moto, de téléphones et d’une somme de 75 mille francs CFA. Il reconnaît partiellement les faits et indique n’avoir pris que la moto et ce, devant une porte dans un quartier autre que celui où se trouve le domicile de la victime.

« Je ne reconnais pas les faits, j’étais à l’hôpital avec ma vieille et je n’avais pas d’argent pour honorer ses ordonnances ; il n’y avait personne non plus pour m’aider. J’ai donc vu une moto devant une cour, je l’ai prise et je suis allé la donner à mon ami en lui demandant de la garder pour moi jusqu’au lendemain. Je ne lui ai pas dit que c’était une moto volée », explique I.N.

La victime, elle, affirme que la moto était dans son domicile que I.N. a cambriolé en emportant ses quatre téléphones et sa moto avec 75 mille francs qui étaient sous la selle.

La victime habite à Pazanni alors que I.N. indique avoir pris la moto à Tanghin. « Peut-être que c’est quelqu’un d’autre qui a déposé la moto et moi je l’ai prise », clame I.N.

Et le procureur de lui répliquer : « Donc quelqu’un d’autre a volé les téléphones et la moto et lui qui est voleur ne sait pas qu’il y a des voleurs pour laisser la moto devant une cour pour que vous veniez la prendre ? Je comprends pourquoi vous dites cela ! C’est pour ne pas nous dire comment vous avez cassé la porte pour vous introduire dans le domicile de M. Ouédraogo. »

S’agissant d’A.D., l’ami de I.N. chez qui il avait déposé la moto volée, en plus d’être accusé de complicité, il lui est reproché d’avoir volé 14 caisses vides de boissons, des bouteilles de boissons d’une valeur de 23 mille et un régulateur. Mais ce dernier ne reconnaît pas les faits et clame son innocence.

À la barre voici ce qu’il a déclaré : «  Je ne reconnais pas les faits. C’est à cause de la moto que je me suis retrouvé au commissariat et une dame que je ne connais pas est venue raconter qu’on lui a dit que c’est moi qui ai pris ses casiers de bouteilles. J’ai demandé qu’on me présente la personne qui m’accuse et ils ont refusé. »

L’avocat qui défendait A.D. a demandé qu’on relaxe son client pour infraction non constituée. Aucune caisse ni bouteille n’a été retrouvée chez lui lors de la perquisition. Rien ne prouve non plus sa culpabilité, a-t-il affirmé.

Le tribunal a donc décidé de relâcher I.D. et les parents de celui-ci n’ont pu contenir leur joie. Ils l’ont donc exprimée par des applaudissements et des cris de joie, ce qui leur a valu une convocation auprès du procureur.

I.N. écope d’une peine de prison de 36 mois, dont 18 ferme, et de 500 mille francs CFA d’amende assortie de sursis.

Nafisiatou Vébama

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes