lundi 8 août 2022

Situation nationale : « C’est l’occasion pour Blaise Compaoré de demander pardon à la veuve Sankara », (Roland Bayala)

copabf uneLe chef de l’Etat actuel du Burkina Faso, Paul Henri Sandaogo Damiba, tiendra une rencontre avec les ex-présidents du Burkina encore en vie. Certains anciens présidents ont des comptes à rendre à la justice. Blaise Compaoré a été condamné par contumace à la prison à vie par la justice lors du procès Thomas Sankara. Pour Roland Bayala, porte-parole de la COPA/BF, la réconciliation nationale doit être primordiale. Après cela, la justice pourrait appliquer sa sentence.

« Si la présence de Blaise Compaoré doit permettre aux Burkinabè de s’asseoir autour d’une même table, nous n’y voyons pas d’inconvénient. Il faut d’abord se pencher sur la question de la réconciliation. Après cela, la justice sera libre de se prononcer », affirme Roland Bayala, porte-parole de la Coalition des patriotes africains (COPA/BF). Il estime opportun que les anciens présidents burkinabè s’asseyent avec l’actuel chef de l’Etat autour d’une même table, car ce sera l’occasion de situer les responsabilités et de parvenir à des solutions pour la sécurisation du pays. 

« Si en Côte d’Ivoire, bien qu’Alassane Ouattara ait fait autant de mal à Laurent Gbagbo ce dernier a accepté de lui serrer la main, je pense que c’est aussi possible chez nous. Il faut mettre balle à terre et voir ce qui peut être avantageux pour le Burkina », a-t-il ajouté.

Selon Roland Bayala, vu la situation sécuritaire du Burkina Faso, c’est le pardon qui doit primer. Le porte-parole de la COPA/BF a poursuivi en disant que c’est même là l’occasion pour l’ancien président Compaoré d’aller « s’incliner sur la tombe de Thomas Sankara et d’approcher la veuve Sankara pour lui demander pardon ».

« Il est vrai que le droit a été dit, mais est-ce que la situation sécuritaire du Burkina Faso va changer parce qu’on aura mis en prison Blaise ? N’oubliez pas que ce dernier a eu à faire ses preuves au Burkina Faso et qu’on peut recourir à ses compétences avec les autres chefs de l’Etat pour venir à bout du terrorisme », a-t-il souligné.

Pour Roland Bayala, porte-parole de la COPA/BF, l’essentiel, c’est que les Burkinabè se réunissent autour d’une même table pour trouver des solutions à la crise sécuritaire à laquelle leur pays est en proie. « La justice pourrait trancher après. »

Nafisiatou Vébama

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
y>