jeudi 11 août 2022

Procès Thomas Sankara et 12 autres : Chaud tête-à-tête Gilbert Diendéré-Abderrahmane Zétiyenga-Ninda Pascal Tondé

image uneChaude confrontation ce jeudi 9 décembre 2021 entre l’accusé Gilbert Diendéré, le témoin Abderrahmane Zétiyenga et l’accusé Ninda Tondé dit Pascal au procès sur l’assassinat de Thomas Sankara et douze autres. Le général Diendéré et son chauffeur Ninda Tondé sont poursuivis ici pour subornation de témoin.

Gilbert Diéndéré, selon le témoignage d’Abderrahmane Zétiyenga, aurait en effet envoyé son chauffeur Ninda Tondé dit Pascal, alias le Mang-naaba, pour tenter de le soudoyer afin que celui-ci affirme devant le juge d’instruction qu’il n’était pas au Conseil de l’entente le 15 octobre 1987. Abderrahmane Zétiyenga aura eu le réflexe d’enregistrer la conversation entre lui et Tondé Ninda dit Pascal, qu’il a remise au juge comme preuve. Devant la chambre, Tondé reconnaît s’être rendu chez son ami intime Abderrahmane Zétiyenga pour lui dire ce dont lui et le général Diendéré avaient eu à débattre lors d’une de leurs causeries à la MACA. Gilbert Diéndéré lui aurait alors dit qu’Eugène Somda est en train de salir le nom d’Abderrahmane Zétiyenga et que si ce dernier ne fait pas attention, il serait envoyé en prison. « Avant qu’il ne rentre, j’ai pris mon téléphone et j’ai mis sur “enregistrer”. image 2J’ai demandé l’objet de sa visite et il m’a dit que c’est le général Gilbert Diendéré qui l’envoie. Je lui ai posé trois fois la question et il a répondu que c’est le général Gilbert Diendéré qui l’envoie. Il dit que le général Gilbert Diendéré me demande, au cas où je serais auditionné, de dire que je n’étais pas au Conseil au moment des tirs, que j’étais en ville et que c’est après les tirs que je suis venu. Quand j’ai apporté l’enregistrement au juge d’instruction,  il a tapé du poing sur la table. Il dit plusieurs fois qu’ils ont eu des témoins clés dans cette affaire mais une fois devant le général Gilbert Diendéré lors des confrontations, ces témoins nient tout », a déclaré Abderrahmane Zétiyenga.

Interrogé sur cette déclaration du témoin qui est la raison principale de sa mise en accusation pour subornation de témoin, Ninda Tondé dit Pascal, alias Mang-naaba, dit être allé voir le témoin de sa propre initiative et non à la demande du général Gilbert Diendéré. « Ce n‘est pas le général qui m’a envoyé là-bas. J’ai utilisé le nom du général pour qu’il me croie », a-t-il déclaré. Le témoin Abderrahmane Zétiyenga avait déclaré qu’après la rencontre convoquée par le Gilbert Diendéré avec les responsables de la sécurité de Blaise Compaoré et de Thomas Sankara dans la matinée du 15 octobre 1987, Gilbert Diendéré aurait informé qu’il aurait reçu une information de catégorie A faisant cas d’un complot de Thomas Sankara contre Blaise Compaoré et que pour éviter un bain de sang, il allait procéder à l’arrestation de Thomas Sankara. image 3Confronté au témoin, Diendéré a rejeté les déclarations de ce dernier. « Cela est totalement faux. Après la réunion, chacun est reparti d’où il était venu », a-t-il affirmé.

Abderrahmane Zétiyenga avait également déclaré que le général Gilbert Diendéré lui aurait donné l’ordre d’aller renforcer la sécurité au niveau du poste « Yamba Jean » et de ne laisser passer personne après le passage du cortège du président Thomas Sankara ce même 15 octobre. «Je dis formellement que je n’ai jamais envoyé Zétiyenga renforcer un poste ; un seul homme ne peut renforcer un poste », a répondu Gilbert Diendéré. Sur toutes ses déclarations, “Golfe” a mis en cause la crédibilité du témoignage d’Abdramane Zitéinga en rappelant un problème qui serait survenu après les événements du 15 octobre 1987. « Ils exigeaient le grade d’officier sans pour autant remplir toutes les conditions parce qu’ils estimaient avoir fait la Révolution et avoir contribué à l’accession de Blaise Compaoré au pouvoir », explique Gilbert Diendéré, lieutenant au moment des fait. A l’en croire, le témoin pourrait lui en vouloir suite à ce problème parce que c’est cela qui l’a conduit hors de l’ex-RSP, ce qui lui a ainsi fait perdre de nombreux avantages que même les sous-officiers n’avaient pas. Pour lui, le témoignage d’Abderrahmane Zétiyenga est encré de haine pour lui nuire. Mais Abderrahmane Zétiyenga a réfuté les propos du général.

L’audience reprend le lundi 13 décembre 2021 avec la suite des témoignages. A la barre sont attendus les témoins Yacouba Traoré, Blaise Sanon et Denis Bicaba.

Sié Mathias Kam

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>