mardi 30 novembre 2021

Recrudescence des attaques terroristes au Burkina Faso : Des jeunes manifestent à Ouagadougou et exigent la démission du président du Faso

rcrud uneCe mardi 16 novembre 2021, le centre-ville de Ouagadougou a été le théâtre d'une manifestation des jeunes de plusieurs mouvements. Ces jeunes déplorent l'inaction du gouvernement face aux attaques qui se multiplient de jour en jour. Ils réclament également la démission du président Roch Marc Christian Kaboré. Rond-point des Nations unies,  palais royal du Mogho Naaba et place de la Nation ont été les lieux importants lors de cette marche.

Les manifestants étaient essentiellement des jeunes, issus de plusieurs mouvements. On pouvait voir des organisations comme mouvement carton rouge, mouvement des jeunes d'action, sauvons le Burkina-Faso. Selon les manifestants, <<trop c'est trop >> et il faut que les morts cessent. << Nous sommes sortis parce qu’il y a eu trop de morts.Nous sommes sortis pour un changement radical. Nous ne sommes pas sortis pour nous-mêmes, nous ne sommes pas sortis pour l'opposition ; nous sommes sortis en tant que citoyens du Burkina Faso. Et nous allons continuer la lutte. Nous allons la continuer parce que trop, c'est trop. rcrud 2On a besoin de tout le monde pour soutenir cette lutte-là>>, a déclaré Sayidou Zongo, un manifestant. En provenance de la place de la Nation, les manifestants ont été stoppés devant le Conseil économique et social (CES ) par la Compagnie républicaine de sécurité (CRS). Après quelque temps d'échange entre la CRS et les responsables des manifestants, ces derniers ont bifurqué et pris l'avenue Kwame Nkrumah jusqu'à la station Totalenergie. De là, ils ont pris l'avenue de la cathédrale pour ensuite aller chez le Mogho Naaba Baongo. Devant la cour royale, une délégation est allée livrer le message des manifestants au chef suprême des Mossé. rcrud 3Selon Abdoulaye Zongo, un des responsables, le Mogho Naaba a affirmé son soutien aux manifestants tout en leur conseillant de marcher pacifiquement sans casser ni brûler. <<Vu la situation actuelle, nous sommes partis voir le Mogho Naaba ce matin. Depuis avant-hier, nous on a vu qu’à Inata des gendarmes sont tombés. On est sorti ce matin montrer à ceux qui dirigent aujourd'hui-là qu'on en a marre de leur gestion. On a demandé au Mogho Naaba de les interpeller>>, a-t-il déclaré. 

Les marcheurs ont rallié le rond-point des Nations unies en passant par la place de la Nation. Pendant cette manifestation spontanée, certains manifestants étaient devenus incontrôlables. Difficile de les contenir devant le palais royal ou encore au grand marché, où certains ont voulu pénétrer. D'autres, quant à eux, demandaient aux commerçants de fermer leurs boutiques. Une manifestation non préparée au cours de laquelle  les manifestants ne parlaient pas d’une même voix. En effet,  ces jeunes n’arrivaient pas à s’entendre sur la conduite à tenir pendant la manifestation. Pendant que certains voulaient continuer à bloquer les voies,  d'autres n'étaient pas de cette avis. Certains jeunes soutiennent qu'il y avait des infiltrés parmi les manifestants qui voulaient saper la lutte. 

Barthélémy Paul Tindano

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>