samedi 23 octobre 2021

Flambée des prix des produits alimentaires : « L’Etat ne joue pas son rôle de protecteur de la population » (Dasmané Traoré, président de la Ligue des consommateurs du Burkina)

prices uneDébuté le 13 avril dernier, le mois de ramadan est une période de grande consommation de denrées alimentaires. Ce moment coïncide avec une flambée des prix des produits de première nécessité. C’est un phénomène récurrent qui mérite des éclaircissements. C’est pourquoi Radars Info Burkina a tendu son micro au président de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) pour en savoir davantage sur le sujet.

« Le rôle de la ligue n’est pas de réprimer », affirme d’entrée de jeu le président de la LCB, Dasmané Traoré, qui confirme la montée des prix sur le marché. Et cela, en pleine crise sanitaire marquée par la fermeture des frontières, combinée à une forte demande des produits de première nécessité, notamment en ce mois de ramadan. Cette demande coïncide avec une flambée des prix, un phénomène auquel on assiste chaque année. La ligue des consommateurs du Burkina (LCB) s’offusque de ces augmentations anarchiques des prix et jette la pierre à l’État qui, selon le président de ladite ligue, devrait « jouer son rôle régalien en assurant la protection du consommateur ». prices 2L’augmentation récente des prix du carburant n’est pas la cause principale de la hausse des prix des denrées, mais s’explique par  l’absence de l’Etat en matière de plafonnement des prix sur l’étendue du territoire national, affirme le président de la LCB. « Cette augmentation peut être liée au contexte international, vu que la majeure partie des produits que nous consommons viennent de l’extérieur, mais qu’à cela ne tienne, on doit veiller à ce que les augmentations ne soient pas tous azimuts et si augmentations il y a, que celles-ci soient plafonnées », martèle notre interlocuteur.

Rencontrée dans sa boutique de vente, Boukary Kiéma accuse les grossistes et dit suivre la tendance, qui lui impose, pour ainsi dire, l’augmentation car d’après lui, « si le prix des produits en gros augmente, leur prix au détail augmente aussi nécessairement ». Et c’est au bout du compte le consommateur qui trinque. La Ligue des consommateurs du Burkina attire l’attention de l’autorité et l’invite à réprimer les cas de fraude. Elle rappelle qu’elle n’est certes pas un organe de l’administration, mais se doit d’assister le consommateur pour éviter qu’il soit floué par les commerçants sans foi ni loi.

Le ministère du Commerce, quant à lui, assure que depuis le 9 avril 2021 des actions sont menées sur le terrain pour réprimer les cas de fraude et d’augmentation anarchique des prix des produits. « Un communiqué relatif aux résultats sera communiqué dans les jours à venir », a déclaré  à ce propos Parfait Silga, directeur de la Communication et de la Presse ministérielle (DCPM) du département du Commerce.

Sié Mathias Kam (stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>