mercredi 19 juin 2024

Grève du 8 au 9 juillet 2020 : « On a démarré et on ne va plus s’arrêter », Bassolma Bazié, porte-parole de la coalition syndicale

grv uneAprès avoir suspendu ses activités à cause des décisions gouvernementales relatives à la lutte contre la COVID-19, la coalition syndicale a tenu une assemblée générale le jeudi 18 juin 2020 dans la soirée à la Bourse du travail. A l’issue de cette AG, les syndicats ont annoncé la tenue d’un meeting le samedi 4 juillet 2020 sur l’ensemble du territoire national et lancé un mot d’ordre de grève de 48h, du mercredi 8 au jeudi 9 juillet 2020, sur l’ensemble du territoire national pour réclamer la satisfaction de leur plateforme revendicative.

Dans l’après-midi du 18 juin, les travailleurs ont pris d’assaut la cour de la Bourse du travail. Un militant martelait des slogans sur le podium et l’artiste musicien Almamy Kj aussi prestait. Ils ont ainsi tenu le public en haleine jusqu’à la sortie des premiers responsables des mouvements syndicaux.

Selon les termes même de Bassolma Bazié, porte-parole de la coalition syndicale, à un moment donné la COVID-19 a été utilisée comme une enveloppe forestière dans laquelle le gouvernement s’est englué pour taper sur le mouvement démocratique. « Suspension des salaires de femmes, même en congé de maternité, affectations de journalistes même décédés, convocation de journalistes dans des centres de sécurité et gendarmerie ; pour tout cela, nous avons estimé qu’il était essentiel qu’on ressorte. On n’avait pas déposé nos armes, mais au vu du fait qu’il fallait compatir avec l’ensemble des populations, il fallait trouver des stratégies pour rester au front sans pour autant ajouter un certain niveau de douleur », a-t-il soutenu.

grv 2Par conséquent « le samedi 4 juillet 2020 matin nous allons doser sur l’ensemble du territoire le niveau de mobilisation des travailleurs et les mercredi 8 et jeudi 9 juillet, nous allons engager une grève dans l’ensemble des secteurs. Par la suite, nous allons voir les autres actions qu’il faudra poser de part et d’autre pour que ce mouvement connaisse une réussite totale », a déclaré le porte-parole de la coalition.

Quant à Souleymane Badiel, secrétaire général de la Fédération des syndicats nationaux de l’éducation et de la recherche (F-SYNTER), il est revenu sur la « répression abattue sur les travailleurs engagés dans la lutte au sein de la coalition et les mesures prises par la coalition pour faire face à cette répression ».

grv 3A l’en croire, la suspension de salaires a concerné deux ministères, à savoir celui de l’Education nationale et celui de l’Economie et des Finances dans des proportions différentes. « Au ministère de l’Economie, les responsables, par la suite, ont indiqué que l’opération a été une erreur et la situation a été corrigée.  Par contre en ce qui concerne le ministère de l’Education, nous avons fait appel à la générosité de notre peuple, de nos militants pour pouvoir accompagner les camarades touchées par lesdites suspensions. Nous avons pris en charge en fin mars 727 travailleurs et 23 autres en fin avril. Le nombre total de travailleurs pris en charge est de 740, rien que dans ce ministère. Comme accompagnement, à la date de 26 mai nous étions à 73 800 000 francs CFA », a expliqué Souleymane Badiel.

Pour ce qui concerne la révocation des trois agents du ministère de l’Economie, M. Badiel a martelé que « le traitement politique du dossier est inacceptable ».    Selon Bassolma Bazié, chacun sera rattrapé par ses actes. « Nous lançons un appel au gouvernement en disant qu’il y a eu des dizaines de gouvernements qui se sont succédé dans notre pays mais ils n’ont jamais pu mettre le mouvement syndical à genoux. Donc si quelqu’un vient de parachuter à un poste de responsabilité et qu’il n’a pas une capacité politique d’analyse de notre histoire, qu’il se ressaisisse parce que chacun sera rattrapé par ses actes. Tous ceux qui signent des actes de révocations, d’affectations, un moment viendra où, individuellement ou collectivement, chacun d’eux va répondre. Nous sommes sereins», a-t-il affirmé.

En rappel, la coalition syndicale a déposé un préavis de grève auprès du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, lequel porte sur des exigences comme « l’arrêt du pillage du patrimoine national, le respect des libertés, la question de la vie chère avec l’annulation du prélèvement de l'Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) sur les primes et indemnités des travailleurs et la bonne gouvernance au Burkina ».

Aly Tinto  

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes