jeudi 13 août 2020

Saison pluvieuse 2020 : Ouagadougou est-elle prête à accueillir de fortes pluies ?

hvernage uneLa saison pluvieuse s'installe progressivement au Burkina Faso et la problématique d'évacuation des eaux pluviales se pose encore avec acuité. Il n’est un secret pour personne que l’une des principales causes des inondations est l'obstruction des caniveaux, voire leur absence. De Wemtenga à Ouagarinter en passant par Koulouba, la majeure partie des caniveaux sont bouchés par des ordures de toutes sortes, si bien que le pire est à craindre en cas d’averses.

Les caniveaux de la capitale du Burkina Faso ne respirent pas la pleine forme. C’est le moins qu’on puisse dire après avoir fait le tour de quelques canaux de drainage des eaux alors que la saison pluvieuse 2020 s'est installée. Ouagadougou a commencé en effet à recevoir ses premières pluies. Les risques d’inondation sont prévisibles. D’ailleurs, le gouvernement, à travers un communiqué du ministère de l'Action humanitaire, a prévenu que les risques d'inondation seraient élevés pendant cette période pluvieuse.

Sur la « circulaire », les travaux de voirie ne sont pas sans conséquences pour les riverains. Ils ont, du reste, commencé à se plaindre après la première pluie. Déjà, les caniveaux de la ville sont pour la plupart bouchés. C'est le cas du caniveau de Kwame Nkrumah, l'une des plus belles avenues de la capitale, où toutes sortes de déchets solides (assiettes jetables, sachets d'eau...) sont déversés. hvernage 2Le plus grand canal de Wemtenga a, lui aussi, des allures de décharge publique à ciel ouvert. Difficile de distinguer les déchets qui prédominent malgré sa grande taille. Le canal est visiblement rempli d’ordures ménagères qui y sont déversées. A Ouagarinter, difficile de déterminer les limites du caniveau, car il est déjà rempli et les déchets plastiques affleurent.

Joint au téléphone, le responsable à l'assainissement de la ville de Ouagadougou, Saïdou Nassouri, soutient que la commune est déjà sur le terrain pour curer les caniveaux et permettre à la capitale d’être prête à recevoir de fortes précipitations. hvernage 3Cette semaine, explique-t-il, les équipes d'assainissement sont sur deux axes : celui de Kalgondin et celui de Samandin. A la question de savoir pourquoi le service d'assainissement ne change pas son fusil d'épaule, c’est-à-dire pourquoi outre les sensibilisations il ne procède pas à des sanctions contre les contrevenants, M. Nassouri répond que la réflexion est en train d’être menée dans ce sens. Des propositions, annonce-t-il, seront faites aux autorités à ce propos.

Une chose est certaine, la tâche ne sera pas facile, vu le comportement peu civique de certains citoyens. A l'en croire, nombreux sont les riverains qui considèrent les caniveaux comme des dépotoirs. Cela fait que nous sommes chaque fois dans un perpétuel recommencement alors que selon les services météorologiques du pays, on aura de fortes précipitations, a conclu M. Nassouri.

Obissa

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>