vendredi 7 octobre 2022

Assemblée législative de Transition : Le Premier ministre Albert Ouédraogo dévoile les grandes lignes de sa feuille de route

alt uneC’est un exercice prévu par la charte de la Transition, laquelle dispose en son article 18, alinéa 2 : « Dans un délai de trente jours après la formation du gouvernement, le Premier ministre présente la feuille de route de la Transition devant l'Assemblée législative de Transition. Cette présentation ne donne lieu à aucun vote. » Ce devoir, le chef de la primature s’en est acquitté ce lundi 4 avril 2022 à l’hémicycle devant les représentants du peuple, réunis en séance plénière sous la présidence d’Aboubacar Toguyeni, président de l’Assemblée législative de Transition (ALT). Ce fut l’occasion pour les députés de poser des questions de compréhension et de faire des suggestions.

Quatre, c’est le nombre des objectifs stratégiques du gouvernement Albert I, comme c’était d’ailleurs le cas du dernier gouvernement dirigé par Lassina Zerbo, mais avec une légère reformulation qui tient compte de la refondation de l’Etat. Lutter contre le terrorisme et restaurer l’intégrité du territoire ; répondre à la crise humanitaire ; refonder l’État et améliorer la gouvernance et, enfin, œuvrer à la réconciliation nationale et la cohésion sociale, tels sont en effet les grands axes du gouvernement Albert Ouédraogo I.

alt 2Le premier objectif étant la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité du territoire, la réorganisation du dispositif de sécurité nationale, notamment le renforcement de l’effectif et l’efficacité de l’action militaire sur le terrain l’amélioration de la collaboration entre les FDS, les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et les populations est une nécessité ainsi que la diversification de la coopération militaire, selon le Premier ministre.  « En ce qui concerne la coopération militaire avec d’autres États notamment, l’option est désormais de diversifier les partenariats afin d’optimiser les atouts spécifiques de chaque partenaire. En tout état de cause, ces partenariats seront fondés sur le respect de notre indépendance territoriale et sur la sincérité », a déclaré le chef du gouvernement.

Pour ce qui est de la gouvernance dans l’administration publique, Albert Ouédraogo compte restaurer la confiance entre gouvernants et gouvernés. Il dit engager tous les efforts nécessaires pour redonner à l’administration publique sa neutralité et son efficacité. C’est pourquoi des mesures seront prises pour la suspension des recrutements sur mesures nouvelles en attendant une relecture des textes ; la classification des fonctions techniques au sein de l’administration ; la promotion des compétences techniques et des valeurs dans les choix des Directeurs généraux des entreprises et établissements publics de l’État ; l’adoption des plans de carrière au sein de l’administration publique et enfin ; la stabilisation du nombre et de la nomenclature des ministères.

alt 3Face à la crise alimentaire occasionnée par le déficit céréalier de la campagne agricole 2021-2022, le gouvernement entend renforcer la mise en œuvre du plan de réponse et de soutien aux personnes vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. A ce niveau il s’agit, entre autres, d’intensifier l’approvisionnement des boutiques-témoins et le contrôle des prix qui s’y appliquent, la distribution de vivres ou de cash aux ménages cibles affectés par la crise alimentaire ainsi que la prise en charge nutritionnelle d’enfants frappés par la malnutrition.

En matière de relance économique, le gouvernement va œuvrer à la consolidation des acquis du Plan national de développement économique et social (PNDES) et poursuivre avec le PNDES II « Nous allons nous atteler à la mise en œuvre des projets structurants identifiés dans le PNDES II. Ainsi donc, ces projets de même que les actions prévues dans l’agenda de la Transition serviront à l’élaboration d’un nouveau référentiel de développement pour la période transitoire. A ce titre, nous allons accélérer les travaux d’infrastructures routières, agricoles et industrielles, tout en déployant progressivement un plan de sécurisation des investissements stratégiques sur le territoire national », a-t-il assuré.

La continuation du chantier de la réconciliation nationale est l’un des objectifs stratégiques du gouvernement. Elle permettra d’amorcer le processus de reconstitution du tissu social, érodé par divers conflits. L’ambition, c’est de promouvoir la cohésion sociale et de consolider la paix. C’est pourquoi il faut travailler à l’accélération du traitement des dossiers pendants en justice, à la lutte contre les discours haineux et la stigmatisation des communautés, à la poursuite du processus de réconciliation nationale, à la promotion de valeurs locales comme la cohésion sociale et la communication non violente ainsi qu’à l’éducation à la paix et à la citoyenneté.

Barthélémy Paul Tindano

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes