vendredi 7 octobre 2022

Conférence de presse du gouvernement : La situation de l'ancien président Kaboré et la durée de la Transition au cœur des échanges

cpbil uneDeux membres du gouvernement ont animé une conférence de presse le jeudi 31 mars 2022 à Ouagadougou. Il s'agit de la ministre des Affaires étrangères, Olivia Rouamba, et de son homologue de l'Education nationale, porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo. Objectif : donner des éclaircissements sur les attentes de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO ) vis-à-vis des autorités de la Transition, notamment en ce qui concerne la détention de l'ancien président Roch Marc Christian Kaboré et la durée de la Transition.

Dès l'entame de la conférence, le ministre porte-parole du gouvernement a lu un communiqué en réponse au sommet de la Cédéao sur le Burkina Faso mais aussi sur la Guinée Conakry et le Mali qui connaissent également des crises politiques. Pour ce qui concerne le Burkina Faso, l'institution sous-régionale a exigé la libération de l'ancien Président Roch Marc Christian Kaboré et une relecture de la charte de la Transition, précisément de la durée de la Transition, qu'elle juge trop longue.

Pour Lionel Bilgo, le délai du gouvernement burkinabè, c'est “celui des réalités du contexte”. Selon la cheffe de la diplomatie,  Olivia Rouamba, la préoccupation de la Cédéao, c'est la libération de l'ancien président et non la durée de la Transition."Lors des différents échanges qu'on a eus avec les différentes délégations de la Cédéao, ils ne nous ont  jamais  clairement dit à combien de mois ils veulent qu'on ramène cette Transition. Ils disent seulement que c'est long. Par contre nous on s'est dit que ce délai est assez réaliste, vu les enjeux du moment. La situation sécuritaire est vraiment à son sommum. Et il faut vraiment du temps pour qu'on puisse vraiment atteindre une situation acceptable pour un retour des populations déplacées," a-t-elle signifié .

cpbil 2D'après Olivia Rouamba, les différentes délégations soutiennent que si l'ancien président est libéré, elles pourraient faire preuve de compréhension sur la durée de la Transition. Sur cette question de “résidence surveillée” de Roch Marc Christian Kaboré,  le porte-parole du gouvernement assure que tout est mis en œuvre pour sa sécurité. Il précise d'ailleurs que des concertations sont en cours avec l'intéressé pour qu'il rejoigne très bientôt un domicile familial. Deux domiciles sont identifiés à ce propos : l'un à Ouaga 2000 et l'autre à la Patte-d'oie. "Il n'y a pas que la question de la résidence surveillée ou pas, il y a aussi la question du lieu. Ce qui est sûr, c'est que nous devons garantir sa sécurité et pour cela, nous allons tout mettre en oeuvre lors de ces concertations. Dans tous les cas, l'ancien président Roch Marc Christian Kaboré est en sécurité aujourd'hui. Il reçoit les membres de sa famille. Il reçoit des visites de personnalités et de notables burkinabè", affirme Lionel Bilgo.

En ce qui concerne une possible collaboration du Burkina Faso avec la Russie, le porte-parole du gouvernement a répondu que la question de la Russie n'est pas d'actualité mais que ce n'est pas non plus une non-actualité.  Et d’ajouter que le Burkina Faso n'est pas le Mali.

Barthélémy Paul Tindano

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes