mardi 30 novembre 2021

Situation sécuritaire   nationale : Le CFOP dresse un bilan  «effroyable»

cccfop uneLe cadre de concertation de l’institution Chef de file de l'opposition politique (CFOP) a tenu une conférence de presse ce mardi 9 novembre. Au menu des échanges avec les hommes de médias figuraient  la situation sécuritaire du pays et la situation sociopolitique des pays de la sous-région. Lors de ce point de presse, Eddie Komboïgo et ses camarades du CFOP ont dressé «un tableau effroyable» de la situation sécuritaire du pays et exigé du gouvernement des mesures fortes dans la lutte contre le terrorisme et la prise en charge des personnes touchées par la famine et les attaques terroristes.

«Si dans un délai d'un mois rien de sérieux ou de concret n'est entrepris pour maîtriser la situation sécuritaire,  l'opposition politique, en concertation avec des organisations soucieuses de l'avenir de la nation,  appellera à des manifestations fortes pour exiger purement et simplement la démission immédiate du chef de l’Etat et de son gouvernement», a déclaré Eddie Komboïgo, chef de file de l'opposition politique, lors de cette conférence de presse.

cccfop 2«Plus de 2 000 morts avec des familles abandonnées dans la précarité, près de deux millions de déplacés internes végétant dans la faim,  la maladie,  les intempéries et les attaques terroristes, plus de 2 500 écoles fermées, des axes routiers contrôlés par des groupes terroristes et plusieurs communes entièrement  vidées de leurs populations» : c'est le sombre tableau dépeint par le cadre de concertation de l'opposition politique. 

Le CFOP déplore non seulement l'exacerbation «de la misère des populations et  la persistance de la vie chère sans aucune mesure sérieuse d'accompagnement  du gouvernement», mais aussi l'accaparement des terres ainsi que «la mauvaise gestion des intrants agricoles».  C'est pourquoi l'opposition politique exige, entre autres,  la prise de mesures urgentes adéquates contre la vie chère, l'acquisition de vivres sur le marché international pour parer à la famine qui s'annonce et la réouverture immédiate des frontières terrestres pour faciliter la libre circulation des personnes et des biens. S’agissant de la situation sécuritaire,  Eddie Komboïgo et ses camarades du CFOP exigent également la mise en place, dans les meilleurs délais, d'une commission composée d'experts pour évaluer la qualité du matériel acquis au profit des forces de défense et de sécurité, conformément aux standards définis.

En outre, la commission affirme qu’elle va s'assurer de la qualité de la flotte aérienne nationale, au regard des informations sur sa qualité douteuse et des conditions d'acquisition des avions militaires, et s’assurer que les Forces de défense et de sécurité (FDS) sont dotées en matériel de combat adapté.

Sur les questions d'actualité nationale, notamment la décision de Saran Séré Sérémé de rejoindre l'opposition, Eddie Komboïgo affirme qu'elle est la bienvenue. Les conférenciers se sont prononcés également sur les différentes situations politiques dans la sous-région. L'opposition politique du Burkina exhorte la CEDEAO,  l'Union africaine et l'ONU à s'impliquer fortement dans la recherche de solutions urgentes et efficaces avec les peuples afin d'endiguer l'insécurité. Par la même occasion, elle  appelle la CEDEAO à l'ouverture urgente des frontières terrestres de tous les pays membres. «Nous voulons une CEDEAO des peuples et non une CEDEAO des chefs d'État», a déclaré Eddie Komboïgo.

Barthélemy Paul Tindano

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>