mardi 28 septembre 2021

Retrait de la plainte de Zèph contre Simon : La responsabilité de la justice engagée

plt uneZéphirin Diabré, en retirant sa plainte contre Simon Compaoré dans l’affaire dite « tranquillos », a dit vouloir donner le bon exemple en matière de réconciliation au Burkina Faso. Sauf que pour certains de ses compatriotes,  son acte suscite des inquiétudes d’autant plus qu’il fait penser à une réconciliation sans au préalable la justice. Et des voix continuent de s’élever contre ce qu’elles qualifient de « deal politique » du régime en place.

En la matière, la justice a tranché. Pour l’avocat Apollinaire Kyelem, sur le plan du droit, toute personne qui estime être lésée peut mettre en branle l'action publique par une plainte ou par citation directe. La plainte peut ensuite être retirée par celui qui l'a déposée. « Généralement, en matière délictuelle, le retrait de la plainte met fin à l'action publique. Mais en matière criminelle, ce n’est pas le cas », a tenu à préciser l’homme de droit.

plt 2La justice étant indépendante, elle a aussi la possibilité de poursuivre une affaire si le caractère criminel est ressorti et confirmé par celle-ci. Me Kyelem explique que dans le cas Diabré, « si le ministère public est informé des faits, il peut décider de poursuivre, car il a l'opportunité des poursuites. Tout dépend de la qualification des faits, en délit ou en crime, et de la décision du parquet au vu des faits et des circonstances sociopolitiques ». Il a terminé en affirmant que ce n’est pas parce que la plainte du désormais ministre d’Etat a été retirée que ça signifie forcément que cette affaire est close, car la justice a aussi son mot à dire, sinon elle ne serait pas indépendante.

Bruno Bayala

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>