samedi 23 octobre 2021

Présidentielle du 22 novembre : 17 995 milliards de F CFA pour réaliser « le nouveau départ pour sauver le Burkina Faso » de Zéphirin Diabré

diabr uneLa campagne électorale  pour les élections couplées du 22 novembre prochain au Burkina Faso a débuté le samedi  31 octobre. Arrivé 2e en 2015, le candidat de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) à la présidentielle de 2020, Zéphirin Diabré, a choisi la ville de Tenkodogo pour débuter sa conquête du pouvoir. Dans son projet de société, consigné dans un document de 364 pages, le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) propose aux Burkinabè « le nouveau départ pour sauver le Burkina Faso », dont la réalisation pendant le quinquennat coûtera 17 995 milliards de F CFA.    

Ce « nouveau départ » repose d’abord sur une vision forte qui comprend une proposition de philosophie nationale de gouvernance du pays,  le «Burkind’lim», comme creuset « de nos valeurs, socle de notre identité collective et boussole de notre développement».  Le «Burkind’lim » côtoie 3 éléments fondamentaux qui sont : la refondation du modèle de gouvernance sociopolitique,  la promotion d’un nouveau modèle de développement centré sur les besoins élémentaires de nos populations et la reconstruction de la société pour en faire un nouvel espace de dignité et de solidarité.

diabr 2Pour cela, beaucoup de réformes et de mesures sont à prendre. On peut citer, entre autres, la convocation d’une conférence générale de la nation pour définir, préciser et adopter le «Burkind’lim» comme philosophie nationale ; l’adoption d'une charte des chefs coutumiers et traditionnels sur la promotion de l'égalité entre les Burkinabè, de l'intégrité et de l'exemplarité en tant que dépositaires de traditions ; la systématisation de l’alphabétisation en langues nationales dans nos écoles, à côté du français ; l’instauration  d’un vrai dialogue social pour désamorcer la fronde sociale ; la convocation d’une conférence nationale des forces vives de la nation pour réfléchir sur la trajectoire à baliser pour le retour de la paix et la réconciliation. « L'intérêt supérieur de la nation doit nous rassembler en dépit de nos divergences idéologiques et politiques. Pour ce faire, nous travaillerons à faciliter le retour des exilés politiques », a affirmé Zéphirin Diabré.

En outre, le projet de société du parti du Lion s’articule autour des priorités et urgences,  au nombre de 11, sur lesquelles Zéphirin Diabré compte centrer son action. 

diabr 3Il compte, s’il est élu président au soir du 22 novembre 2020 : repenser la politique de sécurité nationale pour doter notre pays de forces de défense et de sécurité toujours plus républicaines, organisées, disciplinées, compétentes et professionnelles ; assurer une meilleure sécurité des personnes et des biens ; assurer à tous les Burkinabè l’accès aux services sociaux de base et développer le capital humain ; répondre aux aspirations pressantes de la jeunesse ; faire de l’égalité des chances hommes-femmes un facteur de développement harmonieux ; résoudre définitivement la question énergétique au Burkina Faso ; lutter résolument et efficacement contre la corruption et l’impunité ; apporter des solutions rapides et concrètes à la question cruciale du logement ; relever de manière substantielle le pouvoir d’achat des ménages ; rationaliser les dépenses courantes ; accorder une attention particulière à la problématique de l’efficacité de tout le processus de gestion des marchés publics et des délégations de service, de la passation à l'exécution.

Pour M. Diabré, une des solutions à la stabilité du pays serait le dialogue avec les groupes terroristes. « Pour notre programme, le taux de croissance économique moyen est de 10%, et le taux de pression fiscale moyen de 20%. Grâce aux efforts que nous allons déployer, le Produit intérieur brut (PIB) passera d’à peu près 8433,4 milliards en 2019 à plus de 14 539,51 milliards en 2025 », a fait savoir Zéphirin Diabré.

Si on l’en croit, les activités qui seront réalisées dans son projet de société permettront de créer environ 1 827 040 emplois durant la période 2021-2025.

Le coût global du programme de développement de l’UPC pour ses 5 années de mise en œuvre  est estimé à 17 995,23 milliards de F CFA.

Pour financer son programme, l’UPC s’appuiera sur un effort exceptionnel de mobilisation des ressources propres du pays, principalement les recettes fiscales, en veillant à maintenir la pression fiscale en moyenne autour de 20%, « condition sine qua non pour développer l’économie et réduire considérablement la pauvreté par la création d’emplois décents ».

Aly Tinto

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
  1. Articles vedettes
>