jeudi 13 août 2020

Affaire des 77 véhicules du maire de Ouagadougou : Les conseillers municipaux de l’opposition comptent se constituer plaignants

opppLes conseillers des groupes municipaux de l’opposition sont montés au créneau ce 25 juin à Ouagadougou lors d’une conférence de presse qui a porté essentiellement sur la gestion de la commune de Ouagadougou par le maire Pierre Armand Béouindé. L’affaire d’acquisition de 77 véhicules par la commune s’est encore invitée dans les échanges.

Les conseillers des groupes municipaux de l’opposition comptent se constituer plaignants dans l’affaire d’acquisition des 77 véhicules par le maire de la ville de Ouagadougou, Pierre Armand Béouindé. C’est la principale information qui est ressortie du point de presse de ce jeudi 25 juin, animé par les conseillers de l’opposition.

A les en croire, la délibération portant approbation de l’acquisition des véhicules par crédit-bail a été discutée au cours d’une session pendant laquelle des observations ont été formulées par des conseillers de l’opposition. Cette approbation a été faite par la majorité des conseillers présents pour acquérir du matériel de qualité au profit de la commune, mais à condition que certaines observations soient prises en compte. « Pour nous, conseillers de l’opposition, il y a abus de confiance dans cette affaire et faux et usage de faux, car le maire n’a pas porté les amendements de la session avant la conclusion du contrat », déclare Alban Zoungrana, président des conseillers municipaux du groupe de l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

Selon le conseiller Zoungrana, 12 maires d’arrondissements, sans distinction de bords politiques, avaient tous restitué les véhicules que la commune leur avait donnés. Parmi eux figurent des maires du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Au regard de tout ce qui précède, les conseillers de l’opposition comptent donc se constituer plaignants dans cette affaire dans les jours à venir.

En outre, ils sont revenus sur ce qui s’est passé dans la matinée du 22 juin 2020 lors de la session communale. Et à les en croire, ce qui a poussé les conseillers de l’opposition à boycotter ladite session, c’est parce qu’au départ ils ont souhaité un préalable à la poursuite sereine des travaux, chose que le maire a refusée. Il y a aussi le fait qu’au début, les mêmes conseillers se sont vu refuser l’accès à la salle de délibérations par les forces de l’ordre, foi du conseiller Alban Zoungrana de l’UPC. « Bien que le quorum nécessaire ne fût pas atteint pour valider les points inscrits à l’ordre du jour, M. Béouindé a insisté pour continuer la session et nous avons saisi un huissier de justice pour en faire le constat afin de pouvoir saisir la justice », a-t-il précisé.

A l’instar du CFOP, l’opposition municipale exige donc la démission du maire Armand Béouindé et l’annulation de la session du 22 juin par le haut-commissaire du Kadiogo. « Au cas où le maire refuserait de démissionner, nous invitons le ministre de l’Administration territoriale à le suspendre en application de l’article 272 du Code général des collectivités territoriales », a conclu Alban Zoungrana.

 Obissa

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location
  1. Les Plus Récents
  2. Les Plus Populaires
>