Ambiance d’après-proclamation des résultats à l’UPC et au CDP

corrig uneAujourd’hui 26 novembre, était attendue la proclamation des résultats provisoires du scrutin présidentiel du 22 novembre 2020. Comment les militants des différents partis vivent-ils ce moment d’attente de la proclamation desdits résultats ? Radars Infos Burkina est allé prendre le pouls de la situation au siège du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et à celui de l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

C’est un siège du CDP quasi désert qu’il nous a été donné de voir. Aucune animation comme c’était le cas lors de la nuit des élections. L’attention de quelques-unes des rares personnes présentes sur les lieux est captée par un petit écran installé dans une des salles du parti ; d’autres par contre sont toujours dans les bras de Morphée, toujours affalés.

Un hall vide, des chaises empilées, une cour quasi vide de monde, voilà l’aspect que présente le siège du CDP. L’engouement ne semble pas au rendez-vous. La fièvre des élections semble être retombée, laissant place à une ambiance post électorale assez morose.

corrig 2Si au siège du CDP la fièvre semble être déjà passée, ce n’est pas le cas au siège de l’UPC. Cependant, l’atmosphère y est assez calme avec quelques jeunes rassemblés dans un coin de la cour et une faible ambiance sonore animant les lieux. Quelques autres militants du parti attendent devant le petit écran la proclamation provisoire des résultats qui sera diffusée en direct sur les ondes hertziennes.

A l’heure tant attendue, tous sont suspendus aux lèvres de Newton Ahmed Barry, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), qui proclame les résultats. Après, c’est un silence de mort qui règne au siège du parti du « Lion ». On peut lire tristesse et désolation sur le visage des quelques militants présents sur les lieux. « Je ne suis pas contente », nous confie Samira qui souhaitait la victoire de son candidat. M. Justin, quant à lui, bien que déçu, dit qu’il reconnaît le verdict des urnes et encourage les candidats malheureux. « Que les perdants ne se découragent pas. Je félicite tous les Burkinabè, c’est le meilleur qui a gagné», a conclu notre interlocuteur.

Farida Elise Sawadogo (stagiaire)